Pourquoi je ne veux pas faire le tour du monde, parce que …

En ce moment, j’ai l’impression d’entendre tout le temps cette expression, qui je pense est devenue une « tendance » : je veux faire un tour du monde ! C’est vrai que c’est un rêve extra-ordinaire, je pense. Faire un break dans ce monde de fou, j’avoue peut être tentant. Passer son temps à parcourir le monde de pays en pays, faire des rencontres surprenantes, passer du russe au chinois,…  oui j’imagine que cela doit être fantastique. Pour celui qui le veut 🙂 Quand on me demande si j’ai envie de faire le tour du monde, ma réponse surprend :  c’est NON ! Je ne veux pas faire le tour du monde !

Et là, j’ai l’impression d’avoir dit une connerie 🙂 Mais vraiment ! Comme si je refusais mon gain à l’Euromillion !! A l’ère de la consommation de voyage, c’est presque devenu l’Objectif  : Faire un tour du monde ! Ça fait cool, c’est vrai mais je vais vous expliquer pourquoi (qui reste mon avis très personnel, hein? ! ) ce n’est pas mon rêve.

Un tour du monde cela veut dire quoi ?

Le monde aujourd’hui est composé de 197 pays (reconnus) , cela fait un un sacré périple. Et oui, pour moi « tour du monde » c’est visiter la totalité des pays ou du moins une très grande majorité ! Sinon, il ne s’appelle tour du monde que de nom. Prendre un avion et faire 1 mois en Asie, puis 1 mois en Australie puis 1 mois aux Etats-Unis, techniquement cela s’appelle aussi « tour du monde »! Je plaisante, mais qu’à moitié seulement :). Cela me fait sursauter quand j’entends « j’ai fait le tour du monde en 3 mois ». Mais qu’à t-on vraiment vu du monde en 3 mois ?

Réellement je pense que vivre un tour du monde doit être un rêve de gosse et non pas un objectif.

Aujourd’hui on consomme le voyage, on ne le vit pas. On est plutôt dans une pratique où il faut voir un maximum de choses en un minimum de temps. Les tarifs attractifs des compagnies aériennes ont rendu tellement accessible le voyage, qu’il s’est très ou trop vite démocratisé. C’est super, car cela offre l’opportunité à tous de voir du pays. Mais aujourd’hui, il y a des dérives, qui laissent des traces importantes, avec un tourisme de masse qui détériore considérablement l’authenticité de certains pays. Voyager responsable c’est respecter une culture locale , un lieu, des personnes. Aujourd’hui, le voyage se résume plutôt à la course à la plus belle photo. Un voyageur se doit de se renseigner sur les us et coutumes avant d’arriver dans un pays, c’est avant tout la 1ère marque de respect. Mettre de coté notre comportement d’européen (voir même de Francais) au profit d’une immersion et une compréhension d’une culture qui peut être complètement différente de la nôtre, et cela sans jugement.

A mon avis, c’est pas en passant 1 semaine dans 1 pays que l’on peut dire qu’on le connait. On a juste fait une apparition.

L’authenticité de l’Albanie

Quand le web m’exaspère!

Le web est une réelle source d’inspiration, mais aussi de frustration. On suit toutes ces personnes qui ont l’air d’avoir une vie de rêve : tout est parfait, la photo, le décors, la tenue. C’est clair que ça donne envie, on se projette, on idéalise et on en perd les réelles motivations du choix du pays.

Comment choisit -on les pays lorsque l’on décide de partir faire le tour du monde ? Parce que sur Instagram tu as vu des superbes photos? ou juste parce que l’histoire, les personnes que tu vas y rencontrer sont riches (culturellement évidement). A mon avis, il faut vraiment faire la part des choses entre ce que prône le net et ses propres valeurs.

Et puis une petite aparté,  tout ce que je vois comme marketing autour de la vie nomade m’exaspère « vivez la vie de vos rêves en gagnant 5000€ dès le 2ème mois ! » C’est quoi l’image que l’on veut donner? Que si tu restes dans ta boite, tu as une vie de merde, que tu en profites pas ? que tu n’es pas intéressant? alors oui c’est à prendre au second degrés, c’est du marketing, l’objectif est de vendre. #instantcoupdegeule. Cela ne rentre pas du tout dans ma vision des choses et mes valeurs. Pour moi une vie nomade est un réel choix de vie, et cela existait bien avant l’aire du numérique. Mais comme maintenant cela à « l’air d’être fastoche » et bien on vend du rêve en disant tout et n’importe quoi.

Bref, le web doit rester une source d’inspiration et non une compétition de celui qui aura vu le plus de pays !

les cyclades- grèce- naoussa-europe- blog de voyage-voyage et enfant-video de voyage-parents-voyageurs-voyager avec ses enfants-voyager avec bébé
La liberté de choisir son mode de vie

Les  convictions d’un « vrai » tour du mondiste.

A vrai dire, certains « tour du mondistes » ou grands voyageurs me font rêver parfois. Et oui, ceux qui partent avec un objectif précis, une envie de partager quelque chose avec des locaux, aider pour une cause. Partir faire le tour du monde  à vélo, à pieds, ou en camping car. CE voyage là me fait rêver! Ils ne choisissent pas la facilité.  L’itinéraire n’est pas fait au hasard, sur une mode, la durée du voyage peut être approximatif. Certains sont jamais rentrés!

Un voyageur qui part conquérir le monde armé de convictions, avec des envies de partages et rencontres, Ceux là je les félicite et c’est peut être eux qui me donneront envie de passer le cap (ou pas).

 

Pour quelles raisons je ne veux pas faire le tour du monde ?

Donc pour résumer les lignes précédentes, pour moi un tour du monde c’est :

  • énormément de préparation pour la réalisation du projet, notamment dans le choix des pays.
  • sur une durée très très longue, évidement visiter 197 pays, cela prend du temps. Eventuellement, choisir que peu de pays (dans ce cas, peut -on parler d’un tour du monde?).
  • Avec un projet : solidaire ou pas, avec un mode de transport peu habituel.

Si je devais faire le tour du monde, c’est avec ces critères là.  Mais, ce n’est pas un rêve pour moi.

Aujourd’hui je suis intimement convaincue que le voyage apporte et apportera énormément à mes enfants. C’est pourquoi, nous voyageons avec eux. D’ailleurs, ce n’est pas à cause de leur arrivée que j’ai cette opinion là du tour du monde. Ils ne sont pas un frein pour moi.

Je veux voyager pour le plaisir, je veux découvrir et re-découvrir chaque endroit où je pose les pieds, que ce soit dans ma région, en Europe ou dans le monde. Je veux que cela reste un plaisir, une passion.

Aussi, en vieillissant, j’aime avoir mon confort. J’adore partir mais j’adore aussi retrouver ma maison à la fin des vacances. De me dire que j’ai bien profité, et me projeter sur une autre destination.

Par expérience, au bout de 3 semaines de voyage, je commence à éprouver moins de plaisir. Je vois plus facilement les petits choses qui me gênent, j’en ai marre d’avoir des tenus négligées et mes cheveux en vrac. Des bagages complètement retournés. Mais au delà de cet aspect matérialiste, je trouve que je n’apprécie moins ce que je vois. J’ai l’impression d’être moins émerveillé par ce que j’observe au bout d’un certain temps. Après c’est mon ressenti! C’est pourquoi, je préfère partir plus souvent sur des courtes durées. Privilégier des petites régions sans faire la course à tout voir !

Du choix de la prochaine destination, à l’excitation des préparatifs, la découverte, ce sont des moments forts que j’aime dans le voyage.

Et puis pour avoir beaucoup déménagé à une certaine époque de ma vie, aujourd’hui j’ai besoin d’avoir mon entourage autour de moi. Ne pas rater d’anniversaire, passer du temps avec mes amis, emmener les enfants chez papi et mamie, sont pour moi des petits bonheurs qui me ressourcent autant que d’aller à 2000 KM.

Partir sur du long terme m’obligerai à renoncer à cela. Même si c’est sur une durée limitée, cela ne fait pas partie mes envies actuelles. Peut être un jour je changerai d’avis.

Et vous, qu’en pensez-vous? Tour du monde ou pas?

♥♥♥ Emilie&Co ♥♥♥

Enfant en skate board

Share Button

Facebooktwitterpinterestrssyoutubeinstagram
4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Alors là c’est une vraie question à laquelle mon mari et moi ne sommes toujours pas tombés d’accord… Je fais partie de ceux qui rêvent de partir faire le tour du monde, découvrir d’autres cultures, d’autres paysages et ce, depuis que j’ai fait (nous avons fait) mon (notre) premier « gros » voyage en 2008 qui m’a vraiment donné envie de parcourir le monde… J’ai tenté de convaincre mon mari de partir mais pour lui, ce n’est pas un rêve en soi (c’est juste le mien…), il aime voyager lors des congés mais il aime revenir aussi. J’ai même négocié 6 mois mais sans succès… J’avoue avoir du mal à comprendre… Qu’est-ce que 6 mois au final ? 1 an ? c’est très très vite passé et les enfants pourront vite retrouver leurs habitudes avec papi et mamie ou refaire leurs anniv avec les copains. On ne part pas pour 3 ou 4 ans comme certains. Certes on ne découvre pas tous les pays en tour du monde (administrativement, politiquement et cause de sécurité ce n’est pas possible de toute façon), ce terme est toutefois galvaudé mais on voit plus de destinations qu’on n’en verra peut-être pas dans toute une vie. Actuellement, nous ne pouvons partir qu’en voyage long-courrier qu’en été et maxi 3 semaines. Vu le budget, c’est une année sur deux. Du coup je me demande si je verrai un jour la Laponie et ses rennes, la Nouvelle-Zélande et ses cascades incroyables, l’Islande et ses geysers, le Japon et ses temples… j’ai tellement d’envies que faire un break de 6 mois ou un an permettrait de condenser ces découvertes en une seule fois et de voir des choses qu’on verra peut-être jamais par ailleurs. Et tant pis si on ne voit pas tout d’un pays, on reviendra (ou pas) pour approfondir… Je ne sais pas si être en voyage pour un an ferait perdre de l’intensité quand aux découvertes, peut-être, peut-être pas, tant que j’ai a pas testé , cette question reste en suspend ! Je m’interroge aussi sur le retour après un tel voyage. Ce genre de voyage doit bousculer les habitudes et le retour à la vie « normale » doit être compliqué.
    En tout cas, merci pour cet article.

    1. Merci Aurélie pour votre commentaire. Effectivement c’est compliqué quand dans le couple les rêves sont différents !! Partir 6 mois pour certains sera court et pour d’autres sera trop long. il faut trouver le juste milieu. C’est vrai qu’il est difficile de tout voir en une vie, il faut faire des choix. Je pense qu’avec le temps et l’âge, on aspire à autre chose, on voyage différemment. C’est vrai qu’une parenthèse dans une vie permet des fois du prendre du recul afin de mieux rebondir par la suite. En tout cas, on ne se l’interdit pas. Si on a un jour l’occasion de partir 3 mois découvrir un ou 2 pays, on le fera. En tout cas, Il ne faut pas que vous renonciez à votre rêve ! Ce sont les rêves qui nous permettent d’avancer ! Tenez nous informé 🙂

  2. Bonjour
    J’en ai marre d’étendre parler du tour du monde. Oui c’est devenu une mode…encore ce monde de consommation. C’était un rêve pour moi mais maintenant cela m’a dégoutée de voir des gens partir et avoir toujours ce même état d’esprit.
    C’est e nouveau passe temps des gens des pays riches ou le moyen d’être de croire de sortir du moule.

    C’est juste pour être dans la mode et dire qu’on l’a fait..il n’y a plus d’éthique à respecter les coutumes des pays étrangers sous prétexte qu’on apporte de l’argent à ces pays grâce à notre tourisme occidental. Les leçons de vie apprises sont vite oubliées une fois le retour en France. Pourquoi ne pas faire preuve d’ouverture d’esprit une fois revenu?

    Contrairement à vous, ça me freine de voyager à l’étranger avec un enfant en bas âge…êtes vous seule ou voyagez vous a deux adultes?
    Je suis seule avec un enfant de 3 ans et déjà prendre un avion et aller en vacances dans un camping…c’est tout une expédition ! !aucun moment pour se reposer, respirer…alors à l’étranger je n’imagine même pas avec le décalage horaire et l’adaptation à faire dans le pays !comment faites vous (si vous êtes seule).???
    Merci de vos réponses

    1. Bonjour Nelly,

      Je vous rejoins sur cette nouvelle mode sur le tour du monde. Voyager responsable est aussi une autre façon de voyager que très peu respecte.
      Nous sommes 2 à voyager avec nos 2 enfants. Mais même à 2 ce n’est pas de tout repos. Il faut être vigilants sur tout et tout le temps 🙂 Un vrai sport.
      Mais si on restait à la maison, la « charge » de travail est la même, alors autant changer d’air.
      Par contre, on évite les voyages avec décalage horaire ! On reste en europe pour le moment et cela nous va très bien 🙂
      Je pense que la clé est aussi une question d’organisation. Cela permet d’être plus sereine, et éviter trop d’imprévus (même s’il y en a toujours ! )
      Je vous souhaite de jolis voyages avec vos loulous 🙂
      Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *