Comment j’adopte la slow life à la rentrée : mon challenge !

Comment j’adopte la slow life à la rentrée. Où comment Le temps devient mon allier !

Nous voilà déjà en septembre. J’aime ce mois de l’année. Si vous êtes comme moi, en septembre, je prends des bonnes nouvelles résolutions. Après l’été, on est regonflé à bloc, et on a envie de changement, de rectifier des points que l’on ne souhaite plus avoir dans notre vie, bousculer nos habitudes.

Après avoir passé un été au ralenti (par 35°C pas vraiment le choix) , un été à profiter de notre famille et de nos amis , j’ai décidé de garder ce rythme slow life pour la rentrée. Reprendre un nouveau rythme avec des bonnes habitudes. Je vous partage donc dans cet article comment j’ adopte la slow life à la rentrée.

adopte la slow slife pour la rentree

La slow life, où comment déjouer le piège du temps

On est tous pareil je pense. On passe notre temps à se dire : “j’ai pas eu le temps”, “quand j’aurai le temps”, … Le piège du temps est non stop dans notre quotidien. On court toujours. Courir après quoi? Et bien le temps. C’est une cercle vicieux cette histoire ? ☹ Donc le constat est clair : nous sommes en perpétuel course avec le temps.

L’année dernière, lorsque je m’occupais seule des 2 enfants, c’était l’horreur. Je me sentais débordée dès qu’il y avait un cailloux dans l’organisation : un enfant malade, un client qui reporte un RDV à un créneau qui ne me convient pas (mais que tu es obligée d’accepter hein !) Bref.

Tout était compliqué,  et je ne voyais pas d’issue. En réalité, je ne prenais même pas le temps de prendre du recul sur la situation. J’étais sous l’eau ! Mais le pire c’est que je ne m’en rendais pas vraiment compte !

Notre départ en Espagne fût le meilleur bouleversement qui pouvait nous arriver ! Vous allez me dire que ce n’est pas vraiment dans vos plans de déménager à 2000 kms de chez vous pour changer de rythme !

Mais ce qui est à retenir c’est qu’il faut se faire violence et bousculer toutes nos habitudes. Je ne suis pas coach de vie, psy ou autre thérapeute, mais je suis sûre d’une chose, c’est qu’à un moment je suis le changement que je veux être. L’année dernière je n’étais pas prête et ouverte au changement. Je préférais me plaindre. Aujourd’hui j’ai changé ma vision des choses et basculé en mode positif et surtout en mode  : j’ai le pouvoir ! 

Aujourd’hui, j’adopte la slow life au maximum dans mon quotidien pour réellement ralentir et m’alléger. J’en perçois déjà des effets alors que ça fait seulement quelques mois que j’applique certaines choses.

D’ailleurs je vous invite à relire mon article comment notre expatriation nous aide à vivre en mode slow life 

pour comprendre d’où vient ma démarche et comment elle a commencé.

 

 

adopte la slow slife pour la rentree

Le constat : je perds mon temps inutilement ! 

Cet été, j’ai pris 1 mois et demi avec les enfants à la maison. Comprendre : travailler en demi-teinte (pendant la sieste, la nuit, quand papa est là lol). Pas vraiment le choix, mais au final, c’était une belle occasion pour stopper ma routine, profiter d’eux comme je ne le fais jamais durant l’année. Et surtout travailler efficacement pour pouvoir me libérer du temps.

J’ai aussi profité de ce temps libre pour réfléchir. A ce que je voulais vraiment, à analyser mon quotidien. Mais où je perds ce temps ? Il est où ? Rétrospective : Je suis Freelance donc en théorie, libre d’aménager mon planning mais pour autant, je me sentais autant débordée qu’à l’époque du salariat. 

En réfléchissant bien, mon temps je le perds en étant constamment sur mon téléphone, constamment à la disposition de tout le monde (à la maison, des enfants, de mes clients), à me prendre la tête pour des futilités, à me mettre la pression sur la qualité de mon ménage,.. je ne demande jamais d’aide (pensant que je suis cap’ de tout assumer) , je  me surcharge inutilement. Bien souvent je me tire une balle dans le pied dans mes choix et mes initiatives. Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, voici un exemple :

  • CHERI : ” on devait aller au restau avec les copains mais il est complet, du coup je me suis dit qu’on pourrait faire un barbeuc à la maison on est à côté!T’en penses quoi ?”
  • MOI :  Bonne idée, c’est l’occase de voir tout le monde. Et puis on pourrait faire une soirée à thème 🙂 c’est plus sympa !

Mais le simple en vrai dit: courses/ ménage/rangement/ Faire ou commander des desserts/ faire garder les petits et le thème on en parle 🙂 🙂 ??

Bref, j’exagère mais pour vous dire que je monte la barre bien trop haute, mes ambitions ne sont pas toujours à la hauteur du temps que  dispose.

De plus, je me rends bien compte que je nourris mon quotidien d’inutilités. Aujourd’hui je veux changer ça !

Alors que j’aimerai lire plus, jouer avec les enfants, reprendre le piano, faire du yoga, jouer avec mes enfants. Trouver le bon équilibre entre vie pro et perso. Au lieu de courir partout et au final ne profiter de rien.

 

adopte la slow slife pour la rentree

 

Comment j’adopte la slow life à la rentrée ? 

Ce mois été tourné au ralenti m’a mis sur les rails. Les rails de la réflexion. Maintenant je passe à l’action. Je trouve que ralentir c’est réellement un acte qui s’organise et qui demande de l’énergie. Paradoxalement.

Voilà comment j’ai décidé d’aborder ma rentrée en mode slow life niveau pro et perso. Certain trouverons que c’est ambitieux, moi je pense que ce challenge est accessible car certaines  actions sont déjà enclenchées.

  • Je m’organise vraiment. 

J’adopte la slow life dans ma vie pro. J’ai aussi pris les choses en main à ce niveau. Je pense que l’organisation est la clé de ma sérénité. 

J’ai établi un planning type de ma semaine avec des jours dédiés au blogging, des jours dédiés à la prospection clients, des jours dédiés aux missions/projets. J’avoue, avant  je faisais beaucoup au feeling, sauf que pour travailler mieux, il faut être malgré tout productif. Travailler mois mais mieux. 

  • M’accorder pauses salvatrices dans la journée. 

Prendre le temps de prendre un café ce matin ! Me descotcher de mon écran 2 à 3 fois par jour durant ma période de travail. Il est donc évident de se ménager du temps pour reprendre des forces.

Selon le travail de la journée, je m’installe dans des lieux différents. Pour garder ma créativité, trouver de l’inspiration je m’oblige à sortir. Ecrire un article de blog dans un bar, ou sur ma terrasse. Les missions et la prospection dans mon bureau . Adapter son environnement en fonction de la mission du jour. 

Je sais combien de temps me prends chaque tâche afin de donner des délais cohérents à mes clients. Pas de pression inutile. 

Pour la maison, je me donne 2 soirs pas semaine à gérer les tâches ménagères. Le mardi matin sera le jour des courses (c’est le jour du marché) !

La slow life ne veut pas dire ne plus être professionnel ou ne plus rien faire ou être comme un escargot toute la journée, mais simplement réorienter son planning de manière à concilier productivité et temps libre. C’est ainsi que je l’envisage.

adopte la slow slife pour la rentree

 

  • Une to-do mieux gérée 

Vous la connaissez cette To-Do qui fait 10 kilomètres de long ? C’était mon quotidien avant. Quand je barrais une tâche, une autre s’ajoutait ! et ainsi de suite. L’angoisse sans fin. 

Cet été, j’ai pas fait 1 seule to-do ! Quelques priorités sur mon agenda. Et je me suis sentie tellement libre et plus prisonnière de cette épée de damoclès au dessus de ma tête ! 

Mais bon dans le monde de oui-oui, il n’y a pas non plus de TO-Do !

Sauf que , en tant que parents, le rythme de la rentrée nous la renvoie en pleine  figure (cette to-do)lorsque que tu as oublié d’acheter le cahier petit carreaux pour la maîtresse. 

En mode slow life, la To-Do est aussi réorganisée pour gagner en efficacité et sérénité.

Donc la méthode que j’ai testé avant les vacances qui finalement me convient c’est la méthode des 3 colonnes.

A planifier pour la semaine ou  à la journée.

Colonne 1 : Les priorités de la semaine ( 1 par jour max)

Colonne 2 : A traité rapidement (court délai mais pas immédiatement)

Colonne 3 : Mes envies.

L’objectif est d’alterner la colonne 1 et 2 avec la 3. Prendre du temps entre chaque tâche et que bénéfique. Aussi lister des priorités qui le sont vraiment et un grand pas. Car quand on s’écoute (ou que l’on écoute son patron/ client) tout est prioritaire. Mais non !

 

  • Un temps pour chaque chose/action.

J’ai lu beaucoup cet été, d’ailleurs j’ai battu un record de livre lu sur une courte période depuis que je suis maman. Si vous suivez mon actu sur instagram, j’ai lu beaucoup de livres sur le développement personnel, sur les relations avec les autres mais aussi sur la notion du temps. 

Ce que j’en retire c’est qu’arrêter de courir consiste aussi à arrêter de faire 3 choses en même temps. Je parlais de productivité plus haut mais là ce n’est pas la même chose. Etre multi-tâche n’est pas de la productivité, c’est de la surcharge mentale.

 Alors oui, nous les femmes on a cette faculté (ce pouvoir) de faire tout en même temps. Mais c’est un piège ce truc ! Pourquoi ? 

Comme nous avons ce pouvoir, on se sent obligé de l’utiliser pour faire plus de choses en un temps record. Et parce qu’on va plus vite seule , on ne délègue pas. Et ensuite, on reproche à l’autre de ne pas savoir le faire (normal, il n’a pas le super pouvoir) donc conflit ! C’est un pouvoir qui devient toxique dans le couple et dans le quotidien.

Une tâche à la fois et concentrez vous bien sur celle-ci avant de passer à autre chose. Cela évite les actions en suspend! On gagne en sérénité.

Exemple : Je  cuisine, tout  en checkant mon Facebook/ instagram/pinterest,…  et simultanément  je fais ma liste de courses (tout en me disant  ;miiince j’ai oublié l’anniversaire de mamie!) . Résultat : on pense à trop de choses en même temps. Notre cerveau sature en informations. Il est en mode surchauffe !

Moi clairement je dis stop à ça!

Dans la vraie vie, il y a des moments avec et des moments sans. Faut l’accepter mais aussi se donner les moyens d’y arriver. Plus on fait de choses simultanément plus on se sent débordée. C’est mon impression. Je pense que l’ allié pour palier à ce problème : c’est l’organisation et l’anticipation. Hyper dur à mettre en place j’avoue! 

Je suis la reine pour « optimiser mon temps» mais en réalité je me noie.  Professionnellement quand je fais plusieurs choses à la fois, je perds plus de temps que je n’y gagne. Ca veut dire que j’arrête de checker les billets d’avion pendant le téléchargement d’une application, mon cerveau n’est plus concentré sur ma tâche je vais mettre plus de temps pour me remettre dans l’action.

Donc chaque tâche en son temps pour la faire au mieux. 

Certes, quand je fais le ménage, je m’autorise à faire plusieurs tâches simultanément pour gagner du temps. Je ne suis pas sadique non plus, plus vite expédié plus vite je passe à autre chose. 

Si vous voulez passez en mode slow life, à vous de trouver vos moments multi-tâches et vos moments où vous êtes complètement libérée du cerveau !

 

adopte la slow slife pour la rentree

  • Mieux communiquer , arrêter de supposer

L’année dernière, l’épreuve de la maman solo m’a beaucoup appris en terme de communication dans le couple. A force de non-dit, de supposition, et bien ça empire la situation. Ma grande force c’est la supposition et la conséquence cause à effet. Si je fais ça, forcément il doit faire ça. Logique pour moi mais pas pour l’Homme 🙂 En matière de communication dans le couple, on est très loin d’être parfait mais depuis que l’on se parle, qu’on se délègue les choses oralement (ou par messages) et bien c’est plus facile. 

Exemple, monsieur passe tous les jours devant la boulangerie. Donc vous supposez qu’il va penser  à acheter du pain. Sauf grande erreur ! S’il ne le fait pas = clash inutile. Un Sms pour lui rappeler et voilà ! Sinon prenez du recul en vous disant : il n’y aura pas de pain ce soir est -ce que c’est la fin du monde? 

C’est valable pour toute situation. Demander, rappeler, déléguer les choses sont des actions qui me soulage les méninges.  Je ne peux pas penser à tout, pour toute la maison alors je me concentre uniquement sur ma priorité du jour. Sinon j’accepte que ce ne sois pas fais dans l’immédiat.

Supposer est un bouffeur énergie. Je dirais même que c’est toxique (surtout dans les relations humaines). Finalement, quand on y réfléchis bien on passe notre temps à supposer des trucs sur un futur qui n’est même pas sûr d’ arriver. Spéculer sur le futur est un combat de chaque instant. J’essaye de relativiser quand je m’en rends compte mais je me crée des cheveux blanc à stresser sur des sujets qui en vrai n’existe même pas.  Je travaille chaque jour sur ce point, (qui pour moi et le plus dur) et ce lâcher prise m’apporte vraiment. 

Pour moi , la slow life, c’est arrêter de supposer aussi envers son conjoint et ses enfants. Laisser l’autre s’expliquer au lieu de supposer. Je me bats pour rester dans le moment présent.

C’est assez difficile car avec le temps, on (le couple) se connait parfaitement donc je me repose sur lui mais quand ça ne se passe pas comme je l’avais imaginé et bien ça dérape. Je suis déçue. Donc je relative en me disant que l’homme et la femme n’ont pas la même manière de penser et que l’on doit perpétuellement s’adapter , adapter notre comportement ou notre communication.

 

  • Accepter d’être imparfaite.

Je pense que nous vivons dans un monde en perpétuelle compétition. Avoir une plus belle cuisine, offrir le plus bel anniversaire pour notre enfant, avoir la tenue la plus adaptée à la situation, .. On se met trop de contraintes pour se « montrer » parfait vis à vis des autres. Etre celle qui n’a pas de failles.

Mais c’est quoi le plus important ? Montrer quelqu’un que je ne suis pas ? Pour le coup, cette partie je la maîtrise bien maintenant. Avoir 2 enfants en bas âges nous obligent à être imparfaits au quotidien et surtout de l’assumer. On ne peut pas être partout et maintenant j’assume d’emmener mes enfants en jogging le matin à l’école, pas maquillée et parfois pas lavée! C’est la vraie vie !

Il faut savoir que l’on est tous parfait à notre niveau, avec nos fragilités. C’est ce qui compte.

 

  • Rendre autonome les enfants.

Mon gros défi de l’année. Suzanne du haut de ses 2,5 ans et plutôt dégourdie ! Elle sait faire des choses à son âge que Louis ne faisait pas. Donc je pense qu’il est grand temps de les rendre le plus autonome possible. Les accompagner dans cette autonomie pour leur donner confiance et pour me faire gagner du temps et de l’energie. 

Concrètement ça veut dire :

  • Adapter la maison pour qu’ils puissent faire eux-même : porte manteau à leur niveau, marche aux lavabos, panier de linge sale accessible,..Certaines choses sont en place mais à voir comment améliorer cette accessibilité.
  • Mettre en place des vraies routines du matin et du retour de l’école. Nous avions commencé l’année dernière et certaines actions sont rentrées dans les habitudes. 

Comme par exemple : On rentre de l’école, on mets les chaussures/vestes et cartables dans le placard, on monte se laver les mains et enlever l’uniforme pour se mettre en pyjama. 

Le port de l’uniforme nous a imposé cette routine (le garder propre ou le passer en machine rapidement pour qu’il soit sec le ledemain).

L’autonomie des enfants est un facteur clé dans l’énergie du quotidien et pouvoir s’accorder une routine slow life, sans crier, sans courir partout après les affaires des enfants. Je pense que cela me prendra du temps et de l’énergie pour le mettre en place mais une fois acquis, cela sera une vraie bouffée d’oxygène!

 

  • Mettre la machine à penser sur pause

La slow life est avant tout la libération du temps mais aussi de l’esprit. Pour vivre et savourer le moment présent, il est indispensable de mettre la machine à penser sur pause. J’ai 1000 idées à la minute donc c’est une action qui est difficile pour moi encore mais je m’y attèle pour reposer mon cerveau et être à 100% dans ce que je fais. 

adopte la slow slife pour la rentree

J’adopte la slow life en 21 jours !

21 jours,  c’est le temps nécessaire pour ancrer une nouvelle habitude à ce qu’il paraît. Chacun à ses challenges, ses objectifs et ses priorités mais pour les atteindre, les moyens à mettre en place doivent être pérennes. 

Donc le mois de septembre sera pour moi un focus pour la mise en place de ma rentrée slow life. Cet article fait un peu office d’engagement. Cela va me pousser à avancer lorsque que j’aurai un coup de mou où une fichue vielle habitude repointer son nez ! 

adopte la slow life

 

 

Voici comment j’envisage ma rentrée slow life !  Vous me suivez ? 

Alors avant de foncer tête baissée dans votre futur routine, posez vous et demandez vous là où vous pouvez ralentir dans votre quotidien. Où sont vos moments « perte » de temps et d’énergie. 

La slow life je pense est avant tout un état d’esprit. Ralentir sera une finalité. 

 

♥♥♥ Emilie&Co ♥♥♥

Pour aller plus loin sur le sujet de la Slow live, voici quelque ressources :

 

 

 

Gardez cet article sur “Comment j’adopte la slow life à la rentrée. ” sur Pinterest pour le retrouver facilement.

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Comment j’adopte la slow life à la rentrée : mon challenge !

 

j’adopte la slow life, j’adopte la slow life, j’adopte la slow life, j’adopte la slow life,j’adopte la slow life

 

 

Share Button

3 Comments

  1. Pingback: Comment s'est passée notre rentrée scolaire en Espagne ?

  2. Comme toi j’aime beaucoup septembre qui me donne toujours envie de me lancer dans de nouveaux projets.
    Au niveau du boulot, je suis freelance et quand j’avais beaucoup de boulot j’avais tendance à ne plus faire de pause, pour “gagner” du temps. à présent, j’utilise la technique pomodoro, avec pause de 5 min toutes les 25 min, où je me lève de l’ordinateur (initialement je le fais pour préserver mon dos) et en fait, faire des pauses structurer (et avec chrono) était la meilleure choses à faire pour “gagner” du temps.
    Comme quoi la slow life, c’est quelque chose qui mérite qu’on y réfléchisse dans cette volonté de mieux gérer son temps.

    • Emilie&Co

      Bonjour Tiphanya, Je te rejoins tellement. C’est important de se préserver. Le piège d’être freelance c’est vraiment de ne pas réussir à s’arrêter. Il n’y a pas de limites. La technique pomodoro je la fais parfois mais j’avoue que je devrais le faire plus souvent.

Write A Comment