D’où vient notre besoin d’évasion ? 1 mois que nous sommes confinés à la maison. 1 mois où réflexions se mêlent avec interrogations. 1 mois que je projette l’avenir dans l’incertitude la plus totale. 1 mois que je découvre un quotidien qui m’appartenait plus. Dans ce nouvel épisode du podcast, je vous partage ma réflexion concernant les escapades que nous réalisions. A l’heure où partir en weekend à Vienne, à Marseille ou à Madrid était plus que facile, en 2 clics et pour seulement quelques euros, le voyage est devenu thérapeutique.

Mais pourquoi ces escapades ne sont q’un échappatoire de quelque chose que l’on veut fuir ? Que cache réellement notre besoin d’évasion ?

Je vous apporte quelques unes de mes réflexions.

gouter zero dechet astuces

Le besoin d’évasion pour le plaisir

On se l’est tous dit un jour où l’autre : j’ai envie de partir en weekend, me changer les idées, prendre l’air, j’ai besoin de me déconnecter. Comme si notre quotidien nous étouffait, nous possédait et que nous souhaitons sortir de ses griffes durant quelques jours.

Partir en weekend, c’est avant tout pour nous changer les idées, de voir autre chose, ou au contraire retrouver un lieu qui nous est cher ou ressourçant. S’échapper quelques jours c’est comme un arrêt dans le temps, une bulle que l’on se crééé avec sa famille.

Mais après il se passe quoi ?

On en a envie encore et encore. Ce besoin d’évasion est devenu addictif parce qu’aujourd’hui on ne retrouve rien dans notre quotidien qui nous permet de nous évader autant. Où d’où moins on ne le sait pas encore.

S’évader cela fait du bien à partir du moment où on le fait pour de bonnes raisons. S’évader ne rendra pas la vie plus rose, si chez nous au quotidien la vie est morose.

Un travail non épanouissant, une vie de famille compliquée. Une escapade sera une bouffée d’oxygène pour retrouver des forces mais cela ne changera en rien votre bonheur au quotidien.

Je pense de manière très personnelle que le voyage, le tourisme est une consommation. Partir en weekend à Rome pour changer d’air revient au même que d’aller dans un magasin et s’acheter un sac Vuitton.

Penser que ce voyage sera bon pour vous , vous fera du bien à l’instant T oui mais ce sera éphémère comme votre sac à main qui restera dans le placard.

Et puis au prochain “coup dur” ou coup de mou, l’envie resurgira.

Mon interrogation aujourd’hui est de se dire : pourquoi a-t-on autant besoin de souffler ? Quel est notre poids lourd dans notre quotidien qui nous pousse à consommer toujours plus (voyage ou autre d’ailleurs ) ?

Qu’est-ce que nous apporte vraiment nos escapades, nos voyages ? Est-ce que ce sont des escapades raisonnées ? Autant d’interrogations que je continuent à me poser.

mouvement zéro déchet à l'etranger

Comment transformer son rapport avec son quotidien ?

Honnêtement je ne suis pas bien placée pour donner des clefs pour changer notre rapport à notre quotidien. Ce sont des réflexions très personnelles, propres à chacun.

La seule chose que je constate depuis notre entrée en confinement, c’est qu’il y a plein de lumières qui s’illuminent autour de moi. J’ouvre les yeux sur une multitudes de choses. Je découvre un quotidien différent. Comme si un voile s’était levé, et m’avait mise face à mes propres responsabilités . Oui c’est étrange et je vous assure que je ne prends pas de substance illicites 🙂

N’ayant pas de vision à long terme , je m’accroche à mon quotidien qui m’apporte son lot de joies et de déceptions.

Un jour après l’autre.

Pas de projection inutile. On devient acteur de notre quotidien. On le subit beaucoup évidement car la privation de liberté est insupportable. Mais voyons les choses sous un autre angle.

Cette bulle hors du temps que nous offre la vie, n’est ce pas un message d’alerte sur nos comportements irrationnels ? Est ce que c’est un signe pour nous montrer que l’on a pas besoin de beaucoup de chose pour être heureux ? Est ce un message pour nous montrer réellement tout ce que l’on a de positif auprès de nous ?

Ou au contraire un message qui fera l’électrochoc auprès de certaines personnes qui se rendent compte que leur vie actuelle ne leur correspond plus.

Nos escapades ne nous libèrent pas de notre quotidien. Notre quotidien ne doit plus être subi, on doit redevenir acteur en le prenant en mains, mais aussi en sachant l’apprécier. Retrouver des petits bonheurs, prendre le temps de prendre le temps.

Faire des choses en pleine conscience, des choses qui nous font plaisir, qui font envie, partager des moments avec notre famille. Se recentrer sur l’essentiel.

Ne plus subir notre quotidien mais l’investir !

C’est exactement ce que nous faisons en ce moment. On tente de trouver un équilibre entre toutes nos casquettes, on essaye de profiter des petits plaisir à défaut d’avoir des plus gros. On apprend à apprécier ce que l’on a.

Ma réflexion est donc, qu’avons nous besoin d’aller chercher après ça ?

Je pense qu’avec ces nouvelles clefs, nos besoins d’évasion évolueront. Peut être arriverons-nous à un tourisme plus responsable, où l’expérience deviendra la priorité sur la distance .

organisation confinement avec des enfants

Les réflexions que m’apportent le confinement?

Je souhaite partager avec vous mes réflexions de ce confinement. Des réflexions non pas pour moraliser mais pour envisager un avenir autrement. La planète ne s’est jamais aussi bien porté depuis que nous sommes enfermés. Un signe fort qui montre que nos comportements sont toxiques pour la Terre.

Cette question fondamentale est comment allons nous réagir post confinement ? Saurons nous rester dans la sobriété, dans une consommation plus raisonnée en continuant de vivre avec les leçons que nous aura enseigné le confinement ?

Ou au contraire, on va être tel des lions en cage que nous libèrerons avec un seul mot : Tout peut basculer du jour au lendemain, alors il faut en profiter au max!

Retrouver le goût des petites choses, réapprendre à apprécier ce que l’on a je pense , une majorité s’est posée cette question mais de là à le faire perdurer post confinement à voir. J’aime penser que ce le sera.

Ma position par rapport à ce questionnement est un mélange des 2. Cette claque que la vie nous donne clairement me remet les pendules à l’heure. Je constate que mes enfants ont besoin de nous au quotidien avant tout le reste. Et cela doit évidement rester.

En revanche, je ne peux pas m’imaginer ne plus voyager, ne plus partir. ai toujours été un électron libre depuis très jeune. Ce besoin d’évasion est en moi et depuis toujours .Quand je parle d’évasion , ce n’est pas le bout du monde mais c’est une certaine bougeotte, une hyper-mobilité qui me pousse à chercher toujours de nouveaux lieux à découvrir.

Par contre, peut-être que cela ne sera plus un réflexe après une semaine difficile. Ne pas s’échapper pour des mauvaises raisons. Je continuerai à le faire de la même manière, voyage proche de chez nous en Espagne , en France lors de nos retours.

Ma réflexion porte aussi sur la fréquence, les moyens de transports et le réel sens de notre voyage.

Ce confinement m’a ouvert aussi les yeux sur mon quotidien. Pas celui de maman mais le mien en tant que Freelance.

Cette pression de travailler plus, ne pas perdre une minute de ma journée m’éloigne d’une vie saine, équilibrée et créative. Je suis enfermée dans un quotidien qui n’est ni propice au développement de mes activités, ni propice aux rencontres spontanées dans mon quartier. Je m’enferme chez moi au lieu de profiter de la liberté que m’accorde mon métier. Je peux travailler d’où je veux alors pourquoi ne pas en profiter plus ?

Alors dès que le dé-confiement me le permettra, je pense revoir mon quotidien de travail. Aussi, je pense aussi m’octroyer 2 jours de temps à autre pour voyager seule.

M’échapper plus ou moins loin de chez moi pour me ressourcer, prendre du temps que je n’ai pas. Retrouver une liberté que je n’ai pas dans le voyage en famille : se lever aux aurores pour admirer un levé de soleil, ou au contraire photographier un coucher de soleil.

J’aime prendre le temps de faire des photos. Avec les enfants c’est pas l’idéal. Alors j’ai envie de m’échapper pour prendre du temps pour moi.

Enfin, ce confinement m’apprend que le bonheur réside dans les choses simples de la vie. Nos enfants n’on jamais été aussi heureux de voir leur 2 parents en même temps sur une aussi longue durée.

Les enfants ont besoin d’attention, d’amour. Cette bienveillance, ils nous la retournent au centuple avec des comportements plus appropriés. La patience et l’écoute diminuent les crises, on trouve des terrains d’ententes et des compromis et on n’est plus ans le conflits perpétuels.

J’espère pouvoir faire perdurer cela en post confinement.

astuces pour randonner avec des enfants2

Notes

Cette réflexion vient aussi de ma lecture du livre : le pouvoir du Moment Présent de E. Tolle.

En attendant, nous avons encore 1 mois je pense pour peaufiner nos réflexions et revoir nos modes de vie d’après. Redéfinir notre propre besoin d’évasion. Redonnons du sens à notre quotidien pour pouvoir évoluer vers des escapades plus raisonnées.

N’hésitez pas à partager vos réflexions du moment 🙂

♥♥♥ Emilie&Co ♥♥♥

Pour soutenir le podcast facilement , n’hésitez pas y laisser un commentaire et 5* sur votre plateforme d’écoute 🙂 MERCI

Continuez votre écoute 🙂

Continuer votre lecture sur le même sujet :

Si vous avez aimé cet article sur, vous pouvez l’épingler sur Pinterest pour le retrouver facilement.

▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼

BESOIN D'ÉVASION :   NOS ESCAPADES POUR ÉCHAPPER  À NOTRE QUOTIDIEN.

Restez inspirés !

Write A Comment

%d blogueurs aiment cette page :