Voyager avec des ados : en quoi est-ce différent ? Podcast

Voyager avec des ados, voilà un thème que je voulais aborder depuis longtemps sans parvenir à trouver de familles prêtes à livrer leur témoignage sur le sujet. Carine nous partage aujourd’hui son expérience : ils ont fait un break de 11 mois pour voyager en Amérique du Nord avec leurs ados.

1- Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Carine, j’ai un peu plus de 40 ans. Mon mari a le même âge que moi et nous avons deux enfants. L’aîné a aujourd’hui 16 ans et le plus jeune vient d’avoir 12 ans.

Nous voyageons depuis toujours, d’abord en couple puis avec les enfants tout petits et maintenant avec des ados ! Et c’est vrai qu’à chaque âge, c’est différent et nous devons nous adapter.

Nous sommes toujours partis avec eux, cela ne nous est jamais arrivé de partir sans nos enfants. On ne sait pas faire ! Pour nous, le voyage est associé à la famille et on ne se voit pas partir à deux pour découvrir une ville ou un pays.

2- Vous n’avez jamais ressenti le besoin de couper un peu avec le quotidien de la vie de famille ?

Ah si ! Bien sûr ! Ils ont passé des week-ends chez les grands-parents sans nous mais ce ne sont pas des moments que nous avons choisis pour partir en balade ailleurs. Cela a toujours été important pour nous d’emmener nos enfants en voyage pour leur faire découvrir autre chose.

Alors même si ce n’est pas facile tous les jours, en voyage, les enfants sont différents de ce qu’ils sont à la maison. C’est chaque fois un bon moment pour se retrouver en famille et apprendre à vivre ensemble. Et d’ailleurs, cela se répercute sur l’ambiance à la maison qui est plus sereine.

En voyage, on se voit autrement, tout le monde fait plus d’efforts, on est plus disponibles les uns pour les autres. Et comme on a eu ce temps apaisé ensemble, on le retrouve ensuite à la maison.

3- Comment vos voyages ont-ils évolué au fil du temps jusqu’à votre manière de voyager avec vos ados ?

Nous avons toujours été très organisés. On avait besoin de savoir où on allait, où on allait s’arrêter.

Quand on était jeunes, on faisait des roadtrips sans jamais rien réserver. Mais au bout d’un moment, on s’est dit que si on préparait un peu plus à l’avance, on serait sans doute plus sereins une fois sur place. C’est vrai que la recherche d’un endroit où dormir le soir peut être chronophage. Et quand les enfants sont arrivés, c’est devenu une évidence de mieux s’organiser à l’avance. Même pour nos roadtrips de 3 semaines-1 mois, on organisait tout à l’avance. Cela nous tranquilisait beaucoup et surtout on pouvait plus profiter des vacances.

Quand les enfants étaient petits, on prenait toujours beaucoup de matériel… surtout avec le premier… et au bout d’un moment, on en a eu assez de tout déménager chaque fois. On a longtemps cherché un camping-car et on a fini par en acheter un en 2014.

Crédit photo : Carine

4- Quel âge avaient les enfants à ce moment-là ?

10 ans et 6 ans.

Les enfants adorent le camping-car et même en grandissant, ils aiment toujours beaucoup. C’est comme un petit cocon.

Bien sûr, il y a aussi des inconvénients avec ce mode de voyage avec les enfants : quand est-ce qu’on arrive ? Ça fait trop longtemps qu’on roule…

Il y en a un qui est face à la route, l’autre qui est dos à la route. Et même si c’est confortable, c’est parfois moins simple de voyager avec des enfants à l’arrière d’un camping-car que des enfants à l’arrière d’une voiture.

On se dit pourtant qu’on a tous sous la main pour les occuper, que ça serait plus facile…

Oui et non… ; quand on roule, ça reste dangereux d’avoir tout sur la table, tout doit être rangé dans les placards. S’ils ont oublié un livre ou un cahier de coloriage dans un placard, on ne va pas non plus se lever 10 fois pendant le trajet.

Pour être sereins pendant la conduite avec les enfants à l’arrière, retrouvez nos articles orientés astuces pour un séjour en van réussi et sécurité en camping-car. Je vous donne également plein de conseils suite à notre road-trip en camping-car en Sardaigne dans un article dédié !

5- Vous avez commencé à voyager en camping-car puis vous avez décidé de tout plaquer pour aller faire un road-trip en Amérique du Nord…

Oui, mais pas tout à fait ! Nous avons acheté le camping-car en 2014. On a d’abord fait des vacances en France, des petits week-ends, etc… Le premier road-trip assez long qu’on ait fait avec notre camping-car, c’était au Portugal pendant 3 semaines. Le Portugal est connu pour être assez simple pour les camping-caristes. Et c’est vrai. D’autant qu’on connaissait déjà le pays donc c’était facile pour une première expérience de cette durée.

L’année d’après, rebelote, nous sommes partis 3 semaines dans le Nord de l’Italie.

Ce grand voyage en Amérique-du-Nord était un projet qui revenait depuis longtemps dans nos conversations. En janvier 2017, on s’est dit… si on vend la maison, on peut le faire, donc on va le faire. Si on attendait encore, les enfants grandissant, on n’aurait pas pu. On s’est décidé en janvier et en juillet de la même année, on était au Canada.

Wouah ! rapide !!

Oui, dès la prise de décision, on s’est mis en action ! Mais nous n’avons pas tout plaqué, nous avons fait une parenthèse.

Crédit photo : Carine

Nous étions tous les deux fonctionnaires donc nous savions que nous aurions un emploi en rentrant, même si ce serait sans doute à un poste différent.

Nous avions décidé de vendre la maison pour nous dégager du budget mais cela s’est révélé assez compliqué à accepter pour notre cadet. Il était très partant pour le voyage mais quand il nous a vus nous affairer pour vendre la maison, commencer les cartons, etc., il ne voulait plus partir. Il a compris à ce moment-là qu’il ne reviendrait pas dans la même école au retour… ça a été assez difficile…

Donc on s’est dit qu’il fallait trouver une autre solution et que finalement, on ne vendrait pas la maison. On a fait racheter notre crédit par un organisme de crédit. Et comme les taux avaient baissé, finalement on a fait une affaire et on a pu demander une rallonge de trésorerie ! C’est avec la rallonge qu’on a financé notre voyage et en prime, on a pu garder notre maison !

Et votre fils était rassuré de pouvoir retrouver sa vie d’avant après le voyage…

Oui. Et nous aussi finalement ! Quand on est rentrés, c’était facile finalement, on est revenus chez nous ! Si c’était à refaire, même si on vendait la maison, on ferait en sorte de préparer notre retour avant de partir.

6- Aujourd’hui, vous n’êtes pas nomades. Vous avez retrouvé votre vie d’avant. Et vos emplois ?

Mon mari a retrouvé son boulot d’avant et même son poste.

Moi, j’ai été mutée sur un autre poste mais en réalité, ce voyage m’a donné l’occasion de changer de cap professionnel donc je ne suis plus fonctionnaire. Je suis autrice et éditirice de guides de voyage.

Le voyage change beaucoup de choses mais l’impact n’est pas nécessairement radical et immédiat. Les choses ont changé insidieusement. Il y a des choses qu’on veut changer, qu’on n’accepte plus, des contraintes dont on ne veut plus.

7- Comment s’est passé ce voyage au long cours ? Comment c’est de voyager avec des ados ?

Ils étaient partants tous les deux ! C’est déjà un élément très important, parce qu’à 13 ans, ce n’est pas facile de couper les enfants de leur vie sociale mais ils n’ont jamais vraiment réclamé de copains qui leur manquaient. Ils ont gardé le contact pendant le voyage. Et pour le plus jeune, il a également gardé le contact avec l’école. Au plus jeune, c’est plutôt son lieu de vie qui lui a manqué. Globalement, ça s’est très bien passé.

Ecoutez ou ré-écoutez le témoignage d’Anaïs qui nous avait partagé son expérience un peu moins facile avec ses ados dans un van. La différence de confort entre un van et un camping-car peut jouer sur le moral des troupes au bout de quelques semaines…

8- Comment vous étiez-vous organisés pour l’école ?

L’école avec les parents, ce n’est pas facile tous les jours mais ça se fait !

A cette époque-là, j’étais prof d’histoire-géo en collège. Cela m’a aidé pour savoir où aller chercher les programmes de l’éducation nationale et comment les décortiquer. Mais après, on a fait tout seuls.

Nous avons choisi de suivre le programme de l’éducation nationale sans souscrire à aucun cours par correspondance. Et avant le départ, on avait acheté des cahiers d’exercices en librairie (Hatier, Hachette, Bordas, Nathan) pour avoir une banque d’exercices à disposition.

voyager avec des ados - 5
Chutes du Niagara / Crédit photo : Carine

9- La réintégration à l’école s’est-elle bien passée ?

Oui, c’était très facile pour eux de revenir à l’école. Ils sont passés dans la classe supérieure sans difficulté.

Les enfants gagnent beaucoup en maturité et en autonomie pendant un long voyage. De ce fait, ça roule pour eux quand ils reviennent en France ! Limite, ils se sont ennuyés.

C’est un peu le lot de toutes les familles voyageuses. Les enfants apprennent tellement plus en voyage que la réintégration ne pose jamais de problème d’un point de vue apprentissage scolaire. En fait, même si on ne fait que 2-3 heures d’école par jour, l’adulte est à disposition pour répondre aux questions ! L’enfant n’est jamais noyé dans la masse d’une classe !

Et on ajoute à cela tous les apprentissages qu’on fait par les visites et les découvertes du voyage !

10- Comment avez-vous réussi à gérer les besoins et les envies des enfants en parallèle des vôtres ?

Je pense que ça dépend beaucoup du caractère des enfants. Notre aîné a toujours été plutôt cool, à suivre le mouvement sans rien revendiquer. Tandis que le petit a toujours exprimé ses choix très tôt ! Après, on a toujours voyagé ensemble, tout le temps, donc on se connaît !

C’est vrai qu’un camping-car, ce n’est pas très grand mais chacun a son espace et la possibilité de s’isoler quand il faut. On s’adapte !

Mais honnêtement, ils n’ont pas été très demandeurs une fois là-bas.

C’est surtout par rapport à la scolarité qu’on s’est écharpés et surtout avec le plus jeune. On a parfois entendu “moi, j’ai pas demandé à faire ce voyage !”. Et c’est vrai… c’est nous qui avons choisi de les déraciner pendant un an. Même si sur le papier, c’est un super projet, c’est notre choix de parent qui s’est imposé…

Une petite claque d’entendre ce genre de phrase, non ?

Oui c’est vrai… mais il faut le prendre en considération. Certes, ils ont une chance inouie de pouvoir voyager autant et tous les enfants n’ont pas cette chance. Mais d’un autre côté, ils avaient une vie qui leur allait très bien avant !

Cela implique beaucoup de discussions dans la famille.

Ils ont plus vu les avantages de cette expérience en rentrant, surtout l’aîné d’ailleurs. Il a vu que le regard des copains a un peu changé et avec le recul, il se rend compte de la chance qu’il a eue. Il faut simplement du temps.

Le revers de la médaille c’est que pendant 1 an, il n’y a presque pas de contraintes. Et au retour, ils peuvent avoir du mal à accepter les contraintes. Pour notre cadet, c’est difficile d’aller à l’école tous les jours… il y a des horaires et des contraintes à respecter.

On s’est posé la question de continuer les cours à la maison parce qu’il s’ennuyait en classe et que le rythme ne lui convenait pas. Cela fait maintenant deux ans et demi qu’on est rentrés et ils sont contents de retrouver leurs copains mais pour le plus jeune, on sent qu’il y a une certaine nostalgie du voyage et de la liberté qu’on avait.

11- Est-ce qu’ils ont envie de reprendre la route ?

Alors… dans le camping-car, ça commence à être compliqué parce qu’on mon aîné fait 1,90m !! Donc le lit superposé commence à être un peu étroit.

Et les centres d’intérêt changent… en tant que parents, on a une petite tendance à être agacés par l’ado qui passe son temps sur son téléphone alors qu’il y a des choses à découvrir. Camping-car ou pas, d’ailleurs, c’est pareil ! Mais si on interdit tout, on va être dans le conflit et au final, les vacances ne sont bonnes pour personne, ni pour eux ni pour nous !

Il faut qu’on s’adapte nous aussi si on veut continuer à partir avec eux… A bientôt 17 ans… combien de temps nous reste-t-il ?

voyager avec des ados - 1
Crédit photo : Carine

12- Est-ce que tu aurais d’autres conseils aux parents qui arrivent bientôt dans cette transition pour leurs enfants ? Ou aux parents qui n’osent pas partir et voyager avec leurs ados ?

La clé, c’est de s’adapter ! Chacun doit s’adapter, les parents tout comme les enfants, et chacun doit faire un pas vers l’autre. Il faut réussir à relativiser et à respirer de temps en temps !!

Même si on se dispute, il faut discuter ensemble et faire un pas vers l’autre. C’est important également de respecter les besoins de chacun. S’il y en a un qui a besoin de s’isoler, il faut le laisser.

On pourrait se dire qu’en vacances, c’est plus facile de lâcher prise. C’est vrai mais il faut quand même du temps avant de pouvoir vraiment décompresser et se déconnecter du boulot, de la vie quotidienne, de tout ce qu’il y a à faire. Pendant notre grand voyage, il nous a fallu 3-4 mois pour changer vraiment de rythme. Au début, on se mettait beaucoup de pression l’air de rien : tous les matins, on travaille, après on roule, etc… C’était très intense. On a mis du temps à se dire “ok, on arrête de se créer toutes ces obligations“. Donc, par rapport à notre itinéraire de départ, on a éliminé beaucoup de choses pour pouvoir prendre le temps.

Il faut se poser les bonnes questions. Qu’est-ce qu’on privilégie ? La liberté et le temps à passer en famille ? Ou est-ce qu’on privilégie le fait de voir un maximum de choses parce qu’on ne va pas offrir à notre camping-car une traversée transatlantique tous les ans ?

Clairement, nous avions démarré le voyage par la deuxième option et au bout de 3 mois donc, nous sommes passés à la première option. Notre programme initial nous conduisait à travers toute l’Amérique de Nord puis l’Amérique Centrale jusqu’au Panama. Finalement, nous nous sommes arrêtés au Mexique. Nous avons quand même roulé 45000 kilomètres. C’est déjà pas mal !!

13- Et maintenant ? Quels sont vos prochains projets de voyage ?

En famille, tant qu’on pourra !!

En camping-car toujours. On ne voit même plus d’autre possibilité de voyage. C’est un projet qu’on a toujours eu avec mon mari, presque dès notre rencontre !

Retrouvez d’autres témoignages de familles ayant voyagé en van ou en camping-car : Jill et sa famille (3 enfants dont 1 bébé) ; Christelle en Ecosse et en Corse ; du Canada au Panama à 5.

Depuis qu’on est revenus de notre grand voyage, on est restés en France parce qu’on s’est rendus compte qu’on connaissait bien mal notre pays. Je ne sais pas trop ce qu’on fera l’été prochain parce qu’en camping-car, on peut se décider quand on veut !! La Scandinavie et l’Ecosse nous font de l’oeil. Mais les grands voyages en ce moment, on ne peut pas. On verra plus tard. Pourquoi pas repartir au long cours quand mon aîné aura passé son bac, avec le cadet ? tour d’Europe, Afrique… les possibilités sont nombreuses !!

14- Un petit mot de la fin ?

Il faut oser !!

Crédit photo – Carine

Un grand merci à Carine de nous avoir partagé son amour du voyage en famille et du voyage en camping-car. A chaque âge, le voyage est enrichissant pour nos enfants et pour nous aussi, en tant que parents. Toute la famille en ressort grandie.

Retrouvez Carine sur les réseaux sociaux sous le petit nom de PNencampingcar : Facebook, Instagram, Twitter et sur son blog Parenthèse nomade. Il y a évidemment une page dédiée à ce long voyage en Amérique du Nord et une multitude d’autres articles sur les voyages en camping-car et les voyages au long cours.

♥♥♥ Emilie & Flo ♥♥♥

Epinglez cet article sur Pinterest !

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

Voyager avec des ados - Pinterest

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :