Voyager en camping-car en famille - Conseils pour débutants

Voyager en camping-car, en van, en fourgon aménagé, en 4×4 avec tente de toit… les possibilités sont nombreuses et fleurissent partout ! Je vais vous faire un aveu, il y a quelques années, avant d’essayer ce mode de voyage, j’avais deux clichés en tête :

  • Papi et Mamie font le tour de France dans leur camping-car acheté à prix d’or pour leur retraite. Chaque année, ils retrouvent leurs copains, tous bien alignés sur des aires de stationnement qui leur sont réservées ;
  • Le jeune couple un peu bohème, nostalgique d’un 1968 qu’il n’a jamais connu, qui traverse l’Europe, un brin d’herbe entre les dents, à bord d’un Combi Volkswagen qui arbore fièrement des pâquerettes multicolores.

Très cliché… et en tant que jeune mère de famille, j’avais raté le coche du couple bohème et il me restait encore quelques années avant le tour de France avec mon mari aux cheveux gris. 🙂 Bref, le camping-car, très peu pour moi !

Oui, mais… cela ne vous aura pas échappé, il y a un troisième cliché qui se met doucement en place : celui des familles voyageuses au long cours. Nous nous en faisons d’ailleurs régulièrement l’écho par ici !

Retrouvez des témoignages de familles qui ont fait le choix de voyager en van ou en camping-car : Jill et sa famille (3 enfants dont 1 bébé) ; Christelle en Ecosse et en Corse ; du Canada au Panama à 5, ParenthèseNomade, 11 mois en Amérique du Nord.

Sommaire

1- Quelques inconvénients qu’on n’anticipe pas forcément
2- Les avantages : pourquoi tant de familles optent pour ce mode de voyage ?
3- Trouver le bon compromis

En famille, le camping-car apporte de la stabilité à nos enfants chéris qui sont heureux de retrouver leur lit chaque soir. Et en tant que parents, c’est très commode : on a toutes nos petites affaires sous la main et on n’a pas besoin (ou disons, moins besoin) de se réinventer chaque jour. On trimballe notre petite maison avec nous et à nous l’aventure !

Je vous vois d’ici, vous en rêvez des petits-déjeuners en bord de mer, où dès le matin, vos chérubins peuvent courir dans le sable et aller faire des châteaux, seuls au monde. Image de carte postale d’une famille aux visages rayonnants, simplement heureuse de passer du temps ensemble, libre et avec le monde à portée de main.

Voyager en camping-car
Seuls au monde / Crédit photo : Flo

Voyager en camping-car – Quelques inconvénients qu’on n’anticipe pas forcément

Si sur cette image de carte postale le ciel est bleu sans aucun nuage à l’horizon, c’est que vous n’avez pas encore testé ce mode de voyage ! Eh oui, désolée de casser le mythe aussi brutalement mais il y a deux-trois petites choses qu’il faut que je vous dise. (Spoiler : rassurez-vous, malgré ces deux-trois petits nuages dans le ciel, j’adore voyager en camping-car avec ma petite tribu !!)

La conduite et le stationnement

Un camping-car, c’est large, c’est long et c’est haut ! Alors, on peut le conduire avec un permis B mais honnêtement, rien à voir avec le break familial, même rempli à ras bord (y compris le coffre de toit !) qui vous conduit d’habitude sur la route des vacances.

Le stress du bas-côté

Le passager (qui est souvent une passagère, il faut l’avouer) a régulièrement quelques frayeurs en regardant fixement le bas-côté. Normal, l’engin est tellement large qu’il prend toute la voie et frôle le bas-côté. Essayez dans un pays où on roule à gauche, avec le volant à droite… rien que d’y penser, j’en ai encore des sueurs froides !

Voyager en camping-car - Conduite à droite
Volant à droite = petites frayeurs les premiers jours !! / Crédit photo : Flo

Où est-ce qu’on se gare ?

Un camping-car, c’est haut ! Et croyez-en mon expérience, les branches des arbres peuvent être un peu plus basses que ce qu’on pense… hum, hum… En-dehors de cette possible étourderie, les véhicules hauts ne sont pas autorisés sur toutes les routes du monde, il y a parfois des ponts un peu bas qui obligent à prendre des itinéraires détournés.

Un camping-car, c’est long ! Et perso, je trouve que c’est un peu pénible de chercher des places où se garer avec ce grand machin. Sur les parkings classiques, il faut trouver deux places l’une en face de l’autre et on prend les deux, ou alors quatre places l’une à côté de l’autre et on prend les quatre. Sur les parkings des sites touristiques ou naturels, il y a souvent des emplacements prévus ou alors, il faut se mettre avec les bus.

Mais sur les parkings un peu entre-deux, en zone semi-urbaine ou alors carrément en ville, tout se complique… Entre les parkings quasi-vides qui vous tendent les bras mais qui ont une entrée qui limite la hauteur des véhicules, les interdictions de stationner réservées aux camping-cars, les places dispo mais dans lesquelles vous ne rentrerez jamais… bref, vous faites quelques tours de pâtés avant d’être garés.

Voyager en camping-car - Le défi du stationnement
A Key West, les camping-cars ne sont pas les bienvenus. Après avoir longtemps tourné, on était contents de trouver une place ! / Crédit photo : Flo

Où est-ce qu’on dort ?

En voilà une question importante ! C’est pas tout d’avoir toute sa maison avec soi, encore faut-il trouver un endroit, plat et calme, pour la poser ! Certains pays autorisent encore le camping sauvage (Suède, Finlande, Norvège, Ecosse, Albanie et Roumanie en Europe). Cela permet de se poser à peu près où on veut, avec la belle vue qui va bien. Pour les pays qui n’autorisent pas le camping sauvage, les propositions sont variées :

  • campings
  • aires de stationnement spéciales pour les camping-cars
  • autorisation de dormir sur des parkings publics, souvent un peu à l’écart de la ville ou des spots très passants
  • autorisation de dormir sur des parkings privés, de supermarchés par exemple
Voyager en camping-car - Islande
Emplacement de camping pour la nuit à Seljalandsfoss en Islande / Crédit photo : Flo

Il faut se renseigner au préalable de ce qui est autorisé ou non selon sa destination. Et il est, à mon avis, nécessaire de télécharger au moins une application qui couvre votre zone de villégiature. Attention, il y a des + et des – quand on utilise ce genre d’appli. Carine qu’on a interviewée dans le podcast #67 donne son avis sur l’une d’elles sur son blog.

  • Park4night, très présent sur la France, et un peu dans pas mal d’autres pays
  • A l’international : Campermate ; Caramaps, WikiCamps ; iOverlander ; Parkandview ; Camping-Car Park
  • En France exclusivement : Aires C.Car ; HomeCamper

Je ne les ai pas toutes essayées mais, de manière générale, je trouve ce genre d’applications communautaires très utiles. Mais attention, parfois, on s’emballe sur un point de chute et en fait, tout a changé depuis le dernier avis posté sur l’appli ou alors, il n’y a plus de place quand on arrive… Il faut rester souple et si possible croiser les infos entre deux applis pour éviter les déceptions.

Voyager en camping-car - Stationner
A Lisbonne, on dirait que tout le monde fait semblant de ne pas comprendre le panneau écrit en Portugais !!! / Crédit photo : Flo

L’organisation à bord

Je continue sur les petits inconvénients du voyage en camping-car et ce petit paragraphe concerne la vie quotidienne à bord.

Si vous êtes bordélique à souhait (excusez-moi du terme), ou pire, si plusieurs membres de la famille ont une propension à disséminer leurs affaires un peu partout, vous risquez de mal vivre l’expérience camping-car… Si vous avez besoin d’avoir tout plein de petits objets de déco pour vous sentir chez vous, vous risquez de mal vivre l’expérience camping-car…

Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place

En résumé, dans un camping-car, chaque chose doit pouvoir avoir une place dans un placard ou alors, ça ne monte pas à bord. C’est un peu radical mais c’est tout de même l’idée. En effet, quand vous êtes à l’arrêt, l’espace est assez restreint donc si vous voulez pouvoir circuler, il faut que ce soit rangé. Et quand vous roulez, tout, absolument tout, doit être rangé dans un placard fermé (j’insiste sur le caractère fermé du placard). Sinon, au moindre petit trou dans la chaussée, au moindre coup de frein, les affaires volent ! Vous ne me croyez pas ? Petits exemples de ce qui peut arriver en suivant ces deux liens : c’était carrément ouvert ; on croyait que c’était bien fermé.

Pensez bien à cette histoire de rangements quand vous vous rendez quelque part et que vous louez le camping-car à partir de là. Vous aurez nécessairement des valises avec vous et une fois que vous aurez rangé vos affaires, les valises peuvent s’avérer encombrantes. Si vous le pouvez, prenez des sacs en tissu qui peuvent se plier quand ils sont vides. Ou des sacs-à-dos qui pourront se mettre à plat. Ou une seule valise dans laquelle rentreront tous les autres sacs de la famille.

Quand on a des enfants assez petits qui n’ont pas besoin d’1,90m de longueur de lit, on peut caler les valises au bout de leur lit. Et ça, c’est bien pratique !

La vie à bord avec les enfants

Les enfants, parlons-en ! Si vous avez décidé de voyager en camping-car, c’est nécessairement pour faire un voyage itinérant. Et donc, vous allez passer un peu de temps à rouler. A l’arrière d’un camping-car, on croit souvent que pour les enfants, ça va être top parce qu’ils vont pouvoir s’occuper facilement, en tout cas plus facilement qu’à l’arrière d’une voiture. C’est vrai et pas vrai à la fois.

Ce qui est possible pendant qu’on roule

Ce qui est vrai, c’est qu’ils auront une table sur laquelle ils pourront faire du coloriage, jouer aux cartes ou quelque chose comme ça. C’est un peu plus confortable qu’à l’arrière d’une voiture. Autre possibilité : que papa ou maman vienne s’installer à l’arrière et fasse une petite activité du genre avec les enfants pendant que l’autre conduit. Ce sera beaucoup plus confortable que coincé entre les deux sièges enfants à l’arrière de la voiture !

Ce qui n’est pas possible pendant qu’on roule

Mais pendant qu’on roule, les avantages s’arrêtent là. Pour les raisons évoquées plus haut d’affaires qui volent dans l’habitacle, les enfants ne vont pas pouvoir déballer tous leurs petits bonhommes Playmobil et jouer tranquillement. Ils ne vont pas pouvoir prévoir à côté d’eux : le jeu de cartes, le jeu de plateau avec les pions qui vont glisser par terre dès le premier virage, les crayons de couleurs et les petites voitures. Avec tout ça à portée de main, ils pourraient s’occuper un petit moment sans embêter papa et maman qui sont concentrés sur la route pourtant ! Oui mais, si tout est sorti sur la table, tout va se retrouver par terre en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Et qui c’est qu’on va appeler pour venir ramasser ??? Mamaaaaaaaaaaaaan… (oui, souvent, c’est quand même papa qui conduit le camping-car et c’est donc maman qu’on appelle à la rescousse…) Et là, maman devient dingue parce que toutes les 3 minutes, il faut se lever. Alors, non seulement, elle devient dingue mais en plus, c’est dangereux de se lever pendant qu’on roule ! Les ceintures de sécurité n’ont pas été inventées juste pour les moments où on doit piler parce que, par définition, on ne sait pas quand on va devoir piler pour éviter l’accident ! Donc, même dans un camping-car, tout le monde doit rester bien assis, ceintures attachées !

Le mythe du seul au monde – Le besoin du retour régulier à la civilisation

Si pour vous, voyager en camping-car va de pair avec le fait de passer des jours et des jours perdus dans la nature, seuls au monde, avec une vue à couper le souffle en prime, vous serez peut-être un peu déçus…

En effet, surtout quand on voyage en famille, on va avoir besoin de régulièrement reconnecter avec la civilisation. Eh oui ! Il faut re-remplir le réservoir d’eau et vider les eaux usagées ! Et ça, ça ne tombe pas du ciel… Selon les modèles de camping-car et le nombre d’habitants, il va falloir vous mettre en quête d’une dump station tous les 2-3 jours minimum. Et bien sûr, cela s’accompagne d’une surveillance étroite du temps passé sous la douche pour chacun. En camping-car, on se rend compte à quel point l’eau est précieuse…

De même, si votre bolide ne dispose pas de générateur, un petit tour dans un camping ou une aire dédiée de temps en temps vous permettra de vous relier à l’électricité et recharger ordis, appareils photos, téléphones, etc…

La mécanique

Autre sujet qui peut vous inquiéter si vous n’êtes pas un pro de la mécanique : la panne… Si vous louez votre camping-car chez un professionnel pour les vacances, ne vous tracassez pas trop. Louer un camping-car c’est comme louer une voiture. Les véhicules sont le plus souvent récents, avec peu de kilomètres et ils sont bien entretenus.

Si vous louez chez un particulier, pensez à vérifier l’état du véhicule, l’année et les kilomètres avant de finaliser votre réservation. Un véhicule un peu ancien a plus de chances d’avoir des petites pannes ici et là qui, même si elles n’empêchent pas de rouler, peuvent être un peu pénibles. Nous en avons fait l’expérience pour notre première aventure de camping-cariste au Portugal : le véhicule était ancien et globalement en bon état. Mais il fallait être trèèèèèèèèèèès gentil avec le frigo au moment de le basculer sur l’alimentation gaz. C’était pénible…

Voyager en camping-car vieillot
Notre camping-car un peu vieillot au Portugal, qui nous a quand même emmenés dans de très jolis endroits / Crédit photo : Flo

Si vous comptez acheter votre propre camping-car avant une grande épopée au long cours : bichonnez-le comme il faut, préparez-le pour les longues distances comme il est recommandé de préparer sa voiture avant un long trajet (mais cette fois-ci, faites-le vraiment ;-)) et si l’un de vous est tenté par prendre quelques cours de mécanique basique avant le grand départ, n’hésitez pas !

Voyager en camping-car – Les avantages : pourquoi tant de familles optent pour ce mode de voyage ?

Bon… voyager en camping-car était une petite aventure qui vous tentait bien mais là, vous n’êtes plus très sûrs quand même… Mais si, foncez !! Ce n’est pas pour rien que tant de personnes optent pour le camping-car pour voyager en famille !

Les valises sont défaites, bienvenue chez vous !

Si vous voyagez au long cours et que vous avez la possibilité de démarrer le voyage depuis chez vous, c’est parfait ! Vous pourrez remplir votre petite maison roulante directement, avec toutes vos affaires personnelles, y compris dans la cuisine. C’est souvent dans ce secteur qu’il nous manque le plus de choses je trouve….

Sur plusieurs mois, vous apprécierez de ne pas devoir faire et défaire vos valises en permanence. Vous pourrez d’ailleurs prendre un peu plus d’affaires que si vous voyagez en sac-à-dos.

Option salle de classe incluse

Le camping-car est idéal pour faire l’école à la maison… roulante. Même s’il n’est pas recommandé de voyager trop chargé, c’est tout de même pratique d’avoir quelques livres ou cahiers d’exercices à disposition pour faire étudier nos bambins. Quand on doit porter tout ça dans une valise ou un sac-à-dos, cela devient vite volumineux et lourd !

Un cocon et des rituels pour les tout petits

Pour les très jeunes enfants, le camping-car offre une certaine sécurité et un petit cocon qu’ils auront plaisir à retrouver chaque soir au moment du coucher. Certains enfants (et d’ailleurs certains adultes aussi) n’aiment pas changer de lit tous les soirs. Avec le camping-car, chacun retrouve son chez soi chaque soir. Cela permet de mettre en place des routines de la vie quotidienne qui peuvent être importantes selon l’âge et le caractère de vos enfants.

Tout le monde en cuisine !

Un point que j’apprécie particulièrement – et notre portefeuille aussi ! – c’est le fait de pouvoir cuisiner pendant les vacances. Pas besoin de chercher un restaurant quand vous êtes dans la pampa, vous avez ce qu’il vous faut pour préparer votre repas. Dès que l’arrière du véhicule commence à manifester sa faim, on se gare et c’est réglé. L’idéal, c’est quand on peut sortir la table et les chaises et manger dehors !

Honnêtement, c’est plus qu’appréciable de ne pas devoir aller au restaurant tous les jours. Je ne sais pas comment c’est chez vous, mais chez nous, les enfants ne mangent que des frites au restau donc une fois de temps en temps, ça suffit ! Et il faut dire qu’à part les pâtes et les frites, les menus enfants ne sont pas très inventifs…

Et bien sûr, c’est beaucoup plus économique de préparer soi-même ses repas que de manger à l’extérieur ! (Petit aparté budget : l’option camping-car est bien souvent plus économique que l’option location de véhicule, hôtel et restaurants. A calculer quand vous êtes dans des régions où vous êtes obligés de passer la nuit en camping.)

Crêpes en camping-car
Crêpes party en Australie / Crédit photo : Flo

Liberté !

Qui dit camping-car dit voyage itinérant : le monde n’a plus de frontière ! Plus besoin de chercher le spot idéal pour vos deux semaines de vacances, au risque de vous planter… Vous êtes bien dans un endroit ? Restez !! Au contraire, vous êtes un peu déçus ? Pas de problème, vous changez ! Le camping-car vous offre un mode de vacances et de voyage beaucoup plus libre.

Quand on parle avec des familles voyageuses, le sentiment de liberté procuré par le voyage est une constante. Le camping-car permet de faire sauter un certain nombre de contraintes de la vie quotidienne en voyage. Oui, oui, malgré la longue première partie qui détaille les 2-3 nuages à intégrer dans le ciel bleu de la carte postale !

La famille est réunie

Ce n’est que mon avis mais je vous le partage quand même : je trouve que voyager en camping-car permet de resserrer les liens de la famille. Dans la vie de tous les jours, on a toujours mille activités et bien souvent, on court après le temps. Quand on se retrouve en famille, on a toujours plein de trucs à penser et on a du mal à dégager du temps de qualité à passer ensemble. En vacances, on a déjà un peu plus de temps devant soi et l’état d’esprit est différent. Et en vacances en camping-car, on est obligés de passer du temps ensemble. L’espace étant assez réduit, on va fatalement se retrouver sur les mêmes activités en même temps. La proximité favorise nécessairement les échanges.

A contrario, je conçois totalement que le manque d’espace peut faire un peu peur. J’ai d’ailleurs moi-même besoin de me retrouver régulièrement seule. Et, je crois que de manière consciente ou non, tout le monde a ce besoin d’être un peu seul de temps en temps. Juste histoire de recharger les batteries et de pouvoir remettre son compteur de sociabilité à zéro. C’est un état de fait qu’il faut absolument respecter lors d’un voyage en camping-car. Mais une fois que tout le monde est d’accord là-dessus, il n’y a plus qu’à en profiter. Et votre famille n’en sera que plus soudée au retour.

Voyager en camping-car – Trouver le bon compromis

Dernier sujet avant de vous lancer dans votre première aventure en camping-car : le type de véhicule. Comme je l’ai suggéré dans l’intro, il y a plusieurs types de camping-car. Comment choisir celui qui vous convient ?

Moi, quand on me dit camping-car, je pense au gros véhicule blanc, avec une capucine (la petite vague au-dessus du conducteur qui accueille en général un lit), un espace cuisine et un espace salle-de-bains. Celui-là n’est pas facile à garer mais permet véritablement d’avoir une petite maison roulante. Ajoutez-lui le porte-vélos à l’arrière et vous êtes au top !

Différentes tailles de véhicule

Même dans cette version du camping-car, vous trouverez de nombreux aménagements possibles et plusieurs tailles. Une petite famille en petites vacances peut prendre un modèle plus court avec lequel on réduit grandement les difficultés de stationnement. Une famille un peu plus grande (à partir de 5 personnes je dirais) sur un long voyage va plutôt opter sur un modèle plus long pour gagner en confort dans la vie de tous les jours à l’intérieur.

Une famille qui voyage aux Etats-Unis peut se permettre de choisir un modèle plus gros parce que les routes et les places de stationnement sont adaptées. La même famille qui voyage en Amérique du Sud préfèrera peut-être un véhicule un tout petit peu moins encombrant pour accéder à des villages perchés moins faciles d’accès.

Vanlife

Si vous louez un camping-car dans un pays où le camping sauvage est strictement interdit, vous n’avez peut-être pas besoin d’un camping-car tout aménagé. C’était notre cas en Islande l’année dernière. Chaque soir, nous étions obligés de stationner dans un camping. De ce fait, pas besoin de douche ni de toilettes dans le camping-car et on a opté pour un van aménagé de manière très sommaire. Et en fait, c’était parfait !

Voyager en camping-car - Vanlife en Islande
Seuls au monde sur la péninsule de Snaefellsness en Islande / Crédit photo : Flo

Selon l’âge des enfants et dans des endroits assez “safe”, il est également possible de prendre un van qui n’offre qu’un couchage pour les parents par exemple et monter la tente à côté pour les enfants !

Un peu plus roots

Selon la durée et si vos enfants sont un peu plus grands, pourquoi ne pas opter pour le 4×4 avec tente de toit ? Vous pouvez aller partout, vous pouvez vous garer partout. Vous avez moins de confort et l’expérience se rapproche un peu plus du camping. Mais, vous gagnez en liberté ! (Vérifiez quand même les températures nocturnes des régions que vous visitez…)

Trouver le bon compromis

Bref, vous l’avez compris, voyager en camping-car peut être très différent d’une expérience à l’autre. Ce qui est important, c’est que vous trouviez votre point d’équilibre entre le confort et la liberté que vous souhaitez avoir. Selon les voyages, vous n’opterez pas nécessairement pour le même type de véhicule chaque fois. Chacun vient avec ses avantages et ses inconvénients.

Je vous conseille tout de même de ne pas négliger le confort pendant la nuit si vous partez pour plusieurs semaines. Lorsqu’on dort mal, la fatigue s’accumule et la promiscuité peut devenir difficile à gérer dans ces conditions. C’est l’expérience vécue par Anaïs et sa famille. Je me retrouve tout à fait dans ce témoignage, moi qui peux devenir très désagréable quand je n’ai pas mon quota de sommeil.

Voayger en camping-car - Australie
Un petit spot bien sympa pour déjeuner, sur la côte Est Australienne ! / Crédit photo : Flo

Voilà… je vous ai mis dans ce long article tout ce que mes expériences en camping-car ou en van m’ont appris ces dernières années. Comme tous les modes de voyage, il y a des avantages et des inconvénients. La petite liste de points un peu plus négatifs reprend tout ce que j’aurais bien voulu savoir avant de nous lancer dans l’aventure. J’espère qu’elle ne vous effraie pas mais qu’elle vous permettra au contraire de choisir votre véhicule en connaissance de cause pour profiter autant que possible de vos vacances.

Voyager en camping-car offre beaucoup de liberté et c’est ce que je retiens le plus de nos différents voyages !

Pour quelques photos d’intérieur de camping-car, vous pouvez aller sur mon blog où vous trouverez un post sur la vie en camping-car en Australie et un autre en Floride.

♥♥♥ Flo & co ♥♥♥

Epinglez cet article sur Pinterest !

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

Voyager en camping-car - Pinterest

4 Comments

  1. Très sympa cet article, j’aime bien le ton. Ça sent un peu le vécu tout de même, hihihi

    • Florianne

      Oh oui, c’est du vécu tout ça !! Après 4 séjours en camping-car/van, on a en effet quelques trucs à raconter. J’espère que mon expérience pourra servir à d’autres !

  2. J’arrête pas de regarder les vans et campings car avec toutes les incertitudes du moment. Après tout on a bien fait du camping en toile de tente alors que j’étais enceinte de 6 mois. Aenor avait adoré

    • Florianne

      Et je suis sûre qu’elle adorerait le camping-car !! C’est tellement chouette pour les enfants. Pour eux, le voyage devient une aventure dans cette maison qui roule !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :