Notre expatriation en Espagne : comment nous envisageons la suite ?

Dans le cadre du salon de l’expatriation à Paris en début de mois, nous avons fait un live sur notre expatriation en Espagne avec mon amie Alice, (co-fondatrice du projet Madrid en famille.)

Vous êtes nombreux à nous demander comment nous envisagions la suite ? L’après Expatriation. Est-ce que nous avons envie de rentrer en France? rester en Espagne? C’est étrange car c’est une question que nous nous étions posée avant le départ : et si on n’a plus envie de rentrer en France, on fait quoi ? 

Je tente de répondre à la question dans ce billet spécial expat ! 

Avenir et notre expatriation en Espagne

Penser à l’avenir quand on a des enfants devient presque obligatoire. On se sent plus responsables, on doit sécuriser notre avenir et celui de nos enfants. Dans un contexte économique traditionnel, ce n’est pas évident de se demander ce que l’on fera on dans 5, 10, 15 ans. Avec l’âge, nos projets, nos envies évoluent ! 

Dans un contexte d’expatriation, il est encore plus complexe de penser et même de prévoir l’avenir. La porte de sortie peut paraitre simple : on rentre en france. Mais  même cette question me parait compliquée : où en France ? avec quel job ? est ce le bon choix de rentrer ? 

L’avenir me parait incertain, pas plus en Espagne qu’en France. Se projeter est tellement difficile. Nous sommes tellement loin de la génération de nos parents, qui paradoxalement est toute proche. Je pense donc que c’est aussi une question de génération plus qu’une question d’expatriation. 

Expatriation en Espagne : comment nous envisageons la suite ?

Rentrer en France me fait peur.

C’est flou dans notre tête encore. Le fait d’avoir quitté la France ne m’a pas parut si difficile par contre, le retour , me fait peur. Inversement se réadapter à son propre pays est quelque chose qui va étrangement me paraitre plus difficile. 

Oui parce que quand on part, il y a toujours une part de nouveau, de surprise quand on rentre, on sait ce qui nous attend. 

Pas de tabous, je sais pourquoi j’ai eu envie de quitter la France, ce n’est pas la cause principale mais des facteurs qui m’ont aidés dans le choix de la décision finale.  

Me dire que je vais de nouveau retrouver ces « désagréments » ne me motivent pas vraiment. Autant plus que ces points faibles, nous ne les avions pas en Espagne (pour en trouver d’autres quand même). Je parle notamment de la sécurité ou plutôt l’insécurité et de la liberté d’être femme. Ah oui c’est un vaste sujet que je n’aborderai pas dans cet article car ce n’est pas le thème mais pour schématiser : en Espagne je peux m’habiller comme je veux, je ne me fait pas embêter dans la rue, ni traitée parce que j’ai des talons ou une jupe. être femme, être moi en toute liberté sans avoir peur de me promener dans la rue seule ou avec une amie, sans jugement. 

De plus,  la situation économique en France, le marché de l’emploi du logement (redemander à mes parents d’être garant de notre prochain appart) Bref, la France est belle mais le retour dans mon propre pays me fait peur pour toutes ces raisons. 

Je dirai même qu’aujourd’hui , que je serai plus partante pour un autre déménagement à l’international pour éviter un retour en France. 

Oui je l’avoue, je ne suis pas encore prête, mais le serai-je un jour ? 

expatriattion en espagne comment envisager la suite

Nos enfants se sentiront-ils plus espagnols que français ?

Une vraie interrogation se dessine sur le fait qu’aujourd’hui nos enfants auront passé plus de temps de leur vie en Espagne qu’en France. Si nous continuions à vivre ici, ils auront totalement intégré la culture espagnole et se sentiront étrangers en France. 

Cette divergence, je ne sais pas comment la gérer. Parler au quotidien en Français aux enfants ne suffit pas. 

La culture française se vit, se déguste, c’est un état d’esprit, qui est totalement différent d’ici. Et malheureusement, il faut se l’avouer, ils se sentiront avant tout espagnols. Bien évidement nous continuerons de leur faire découvrir la France comme on l’aime, nous continuerons à la visiter mais est que cela sera suffisant ?

Une chose est sûr c’est que cette expatriation, va leur apporter un bilinguisme (voir trilinguisme) qui leur sera grandement utile pour l’avenir. L’ouverture d’esprit associé sera de tout manière j’en suis convaincue très bon pour leur avenir. 

L’avenir : Une interrogation perpétuelle,

L’avenir est un vaste sujet, à laquelle je ne peux pas vraiment répondre sans doute comme vous, qui me lisez, que vous soyez en France, digital nomade ou expatriés. Aujourd’hui nous vivons dans un monde incertain à tous niveau, il change à la vitesse de la lumière, évolue plus vite que son ombre et donc il est difficile de se projeter. 

Vivre et profiter pleinement est pour moi une solution qui permet d’occulter cette partie qui parait anxiogène. 

Avancer sans fermer les yeux mais avancer avec le sentiment que tout est possible. 

♥♥♥ Emilie & Co ♥♥♥

Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement.

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓


expatriation en espagne comment envisager la suite
Expatriation en Espagne : comment nous envisageons la suite ?
Share Button

6 Comments

  1. Profitez de votre expat, ne vous préoccupez pas de votre retour ! Vivez le.miment présent. Le retour sera de toute façon pire que prévu, mais on sait adapte à tout!

    • Emilie&Co

      Merci ! Oui tout à fait. On profite aujourd’hui d’être ici on verra par la suite ce que la vie , nous réserve. 🙂 Emilie

  2. Comme toi, nous avons vécu 4 sns en Espagne et c etait formidable. A part des collègue nous n avobs pas frequente la communeaute francaise.
    Pas comme toi, c etait la boite qui decidait des affectationd. Donc on n a pas pu s incrruter.
    Le fait de parler espagn0l est un 0lus qui me sert tjs même à la retraite.
    La france a changé et ca continue. Plus d etat, plus d impots, plus d etrangers non integrésetc..
    Et maintenant les gilets jaunes.
    Une chose qui m a frappe la bas, c est l obligation d etre membre et actionnaire d un “club social: pr faire piscine, equitatipn, tennis, etc..
    A te lire.

    • Emilie&Co

      bonjour, merci pour votre commentaire. Parler une seconde langue est un plus c’est vrai ! Oui je vous rejoins tout à fait pour la France, nous avons peur de son évolution pour nos enfants. Quel dommage. Pour les “clubs ” Oui c’est un peu étrange ce système mais cela dépend des urbanisations. Je pense qu’elles ne fonctionnent pas toutes de la même manière. Nous avons récemment déménagé et là nous n’avons pas besoin de faire une carte ! On s’adapte. Au plaisir de vous revoir par ici. Emilie

  3. Je comprends tes inquiétudes. Je suis partagée entre le désir de retour et la crainte de retrouver ce que je n’aime pas dans la mentalité française. Après je me dis que l’on rentre dans une grande ville (Lyon) et que c’est encore une donne différente. Notre petit bonhomme a besoin de soins spécifiques et nous avons de grands travaux en perspective. Je pense que les projets aident à s’ancrer à nouveau. Il nous reste une année en Italie, on va en profiter à fond. Par contre nous sommes d’accord l’un comme l’autre, la porte n’est pas fermée du tout et si nous ne retombons pas sur nos pattes, nous repartirons sans l’ombre d’un doute !

    • Emilie&Co

      Bonjour Charlène, oui nous aussi nous avons ce sentiment d’entre 2 ! Profitez bien de votre dernière année ! et effectivement les projet aident à vraiment faire sa place quelque soit l’endroit ! Belle continuation à vous !

Write A Comment

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :
Parents-voyageurs

GRATUIT
VOIR