Vous vous demandez si la Nouvelle-Zélande c’est facile avec un enfant ? Alors ce podcast va vous rassurer ! Bénédicte nous partage son road-trip en Nouvelle-Zélande avec son fils Alessio qui avait donc 18 mois au moment du voyage. Elle nous confie ses découvertes, la vie en Van avec un bébé, ses coups de coeur mais aussi son retour anticipé avec l’arrivée du Coronavirus.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Bénédicte, je suis maman d’un garçon de 19 mois. Je suis la créatrice du compte instagram @this_perfect_day . Nous revenons tout juste de notre road-trip en Nouvelle-Zélande avec bébé

Racontes-nous ton road-trip en Nouvelle-Zélande avec bébé.

Ce voyage, nous le préparons de-sui l’année dernière (marc 2019). Nous avons toujours beaucoup de projets de voyage mais on s’est dit que la Nouvelle-Zélande c’était maintenant pour 2 raisons:

  • On voulait bénéficier du tarif quasi gratuit du billet d’avion pour Alessio
  • On voulait le faire qu’avec 1 seul enfant car nous sommes partis en Road-trip en van.

Nous y sommes restés un peu plus de 3 semaines et on a quand même un petit goût de trop peu ! La Nouvelle-Zélande c’est immense, on passe beaucoup de temps sur la route. On ne peut pas tout voir.

Par exemple : Il est recommandé par exemple de rester plusieurs jours à Milford Sound car la météo est assez instable, sauf que nous, nous pouvions pas le faire, on avait peu de temps.

Si c’était à refaire, on y retournerai plus longtemps.

On a fait le tour en commandant par l’île du Nord en y restant 9 jours, en allant voir les pots recommandé dans cette zone, sauf les lieux de tournage du seigneur des anneaux car je n’aime pas tout ce film ! Et le Mount Cook; o ne l’a pas vu, il était dans un nuage total 🙂 Je pense que le choix de notre départ au mois de mars nous a un peu pénalisé niveau météo mais pour un question de budget, c’était pas possible d’y aller en décembre/ janvier.

Partir en mars, ça vous a beaucoup pénalisé pour la météo ?

Il fait globalement beau. Il a fait froid dans le sud mais c’était supportable, on n’a jamais mis le chauffage dans le van par exemple. La journée on était en short mais bon globalement ce n’était pas l’été non plus.

Ce road-trip en Nouvelle-Zélande avec bébé, c’était votre 1er voyage ?

Alors non, nous avions déjà fait avec Alessio le Maroc, la Grèce, et le Danemark. Mais oui ce road-trip en Nouvelle-Zélande avec bébé c’était clairement notre plus gros voyage.

Je distingue vacances et voyage. Par exemple la Grèce, c’était des vacances, l’objectif était de se reposer, on ne serait pas tous les jours. En voyage, c’est pas pareil, on l’a préparé pendant 1 an, on a fait notre itinéraire, on avait un budget,.. On est rentrés super fatigués.

Comment tu sentais dans la préparation de ce 1er grand voyage, y avait-il des sources de stress?

J’étais globalement très sereine. C’est plutôt mon entourage qui nous posait des questions auxquelles on se ne stressait pas.

Après j’ai tout préparé en amont: quelles couches prendre, les compotes,.. Je me suis renseignée avant et donc j’étais sereine.

La Nouvelle-Zélande est un pays ultra safe pour partir avec des enfants.

Pourquoi la Nouvelle-Zélande avec bébé ?

C’est un pays qu’on a toujours voulu visiter avec mon mari, et comme c’était le bon moment pour nous, c’était naturel pour nous. Il faisait partie de “notre liste”. Comparé à l’Australie, la Nouvelle-Zélande est un pays super safe, que ce soit au niveau sanitaire mais aussi au niveau de l’environnement.

Quel équipement avis-prévu pour ce road-trip avec bébé ?

Tout d’abord, j’avais fait un petit sac de jouets pour Alessio avec des petits jouets faciles, compacts.

L’équipement indispensable c’est le porte-bébé. On avait celui de la marque Titsy-Moloko , il est léger et robuste physiologique. On a fait des randos de 6/7 heures avec.

Tous les produits d’hygiène, on les a achetés sur place.

On allait dans les camping pour nos besoins en électricité et laver le linge.

L’option poussette était inenvisageable avec le van !

Pourquoi faire ce road-trip en Nouvelle-Zélande avec bébé en Van ?

Pour la liberté ! On voulait aller où on voulait sans devoir annuler nos hébergements en cas d’annulation (et donc avoir des frais). Comme un voyage avec bébé est un peu imprévisible, on s’est dit que là on serait libre. On s’arrêtait où l’on voulait.

Et puis on avait tout ce dont on avait besoin pour lui à porté de main.

Et puis nous avions aussi très envie avec mon mari de tester de mode de transport.

Comment as-tu géré les heures de vol et le décalage horaire ?

On a la chance d’avoir un bébé très cool à l’endormissement, donc il a beaucoup dormi. Nous avions réservé un berceau dans l’avion donc il a pu se reposer. Le 1er vol était à 20 H donc il a dormi. Ensuite, on a posé le plaid au sol et on a joué avec lui. On n’a pas eu de crise gloabelement.

On a aussi sorti un peu les écrans pour finir le voyage en lui montrant des comptines. 24 h pour 30 heures de voyage donc ça nous a aidé sur la fin.

Concernant le décalage horaire, nos avions arrivait au matin (Aller et retour) vers 8 heures du matin. Dans l’avion, on sautait le dîner pour lui donner un petit déjeuner. Il enchainait 2 petits-déjeuners. A l’arrivée, on a dormi jusque 11H30/ midi. Là, on a fait le choix de le réveiller (chose que je ne fais jamais) mais là c’était important.

On l’a maintenu en éveil jusqu’au soir. A 20 heures on le couchait et on a eu de la chance car les 2 fois il a fait la nuit complète.

Il s’est donc très vite adapté à ce nouveau rythme.

Des coups de coeur et des déceptions ou galères avec Alessio ?

Pas vraiment de galère. Peut-être une fois, lors d’une randonnée Roys

peak. A la fin de la rando il voulait marcher mais on ne pouvait pas le laisser libre car c’était trop dangereux pour lui. C’était pas la randonnée qui n’était pas adaptée avec un bébé car c’était trop long pour lui.

Et pour le coup de coeur, un 1er maman durant le confinement en Nouvelle-Zélande. Sinon ce que j’ai adoré, ses 1er wouah devant une fourmi, devant un paysage. Il était émerveillé par tout ce qui l’entouraient, des tous petits détails.

Coup coeur niveau paysage : C’était aussi Roys peak

Parles nous de votre quotidien dans le van avec bébé ?

On a mis une bonne semaine pour trouver notre rythme, on ne peut pas avoir de bazar. le soir de notre arrivée, nous avons mis plus de 3 heures pour récupérer notre van. Ce temps était normalement destiné à ranger toutes nos affaires ! Là on est partis à l’arrache car on voulait arriver avant la nuit. On ne peut pas rouler si tout n’est pas bien rangé.

Pour Alessio, toute sa routine était chamboulé alors qu’il est en général très routinier. Dans ce cas, on était une équipe et non pas un couple. On n’a pas eu de moment romantique mais on s’y attendait un peu.

Les repas, les lessives, le rangement c’est quand même speed et fatiguant. La Nouvelle-Zélande avec bébé en Van, ce n’est pas de tout repos 🙂

Le Retour chamboulé par le Coronavirus

On a pris une grosse claque, ce retour était dingue. On a tous craqué à un moment donné tellement c’était dur.

10 jours avant notre retour, notre vol Singapour-Paris a été annulé. Mais les autres vols étaient OK.

J’ai appelé l’Ambassade tout de suite qui nous a dit de conserver nos vols Auckland-Singapour car les zones de transit restaient ouvertes.

5 jours après, on a rappelé l’Ambassade, le discours avait un peu changé mais ils nous disaient de conserver nos vols.

Nous avons suivi les recommandations de l’Ambassade, nous n’avons donc pas racheté de billet puisque nous en avions.

Tout à basculé 48H avant notre départ. L’Australie a commencé à fermer ses aéroports, ça commençait quand même a craindre.

Nous sommes allés au Guichet de Singapour Airline qui nous a dit qu’il nous trouverait un Singapour/ Londres. Puis Londres Paris avec Air France. Donc nous avions une solution pour rentrer.

Et la veille de notre départ, Singapour a tout fermé ! Comme ça et ensuite toutes les zones de transit ont fermé les unes après les autres.

A ce moment là, l’Ambassade était complètement dépassé par la situation et pensait que la zone de transit ré-ouvrirait comme en Australie.

Donc, on a perdu notre billet d’avion. Entre temps, il a donc fallu trouver un toit et décider si on remontait à Auckland ou si on restait dans l’île du sud là, où on avait rendu notre van, car nous avions encore notre billet.

Au final, on a pris cet avion car on s’est dit que s’il y avait un rapatriement ce serait plutôt à Auckland.

On a dû se débrouiller pour nous trouver un logement à prix correct, en se disant qu’on allait probablement finir par dormir à l’aéroport avec un bébé.

Et une collègue de mon mari, après avoir fait des recherches, nous a informé que l’hôtel Pullman aidait les français. Les prix des chambres étaient hors de prix mais ils nous ont trouvé une famille de français qui nous ont hébergé pendant 2 nuits.

L’Ambassade nous a informé qu’il y avait la compagnie Quatar qui assurait des vols. Et qu’il n’y aurait pas de rapatriement temps qu’il y aurait des vols commerciaux. On a donc dû payer 4500 € notre vol retour pour 3 !

On a pris un appart-hôtel pendant 15 jours avec mes cousines, mon mari et Alessio.

On s’est senti tellement délaissé par l’Ambassade avec le sentiment de m’être fait arnaqué d’avoir dur acheter ce billet à 4500 €. Les rapatriements ont été faits au tirage au sort je pense. Cela manquait cruellement de transparence !

Les prochains projets de voyage avec bébé ?

Le Brésil et le Japon sont les 2 destinations qui nous plaisent mais pour le moment tout est repoussé !

Notes

Retrouvez Bénédicte sur son blog, son instagram

J’espère que le témoignage de Bénédicte vous sera utile pour organiser votre prochain voyage en Nouvelle-Zélande avec bébé !

♥♥♥ Emilie&Co ♥♥♥

Si vous avez aimé cet article sur, vous pouvez l’épingler sur Pinterest pour le retrouver facilement.

▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼

Road-trip en Nouvelle-Zélande avec bébé

Write A Comment

%d blogueurs aiment cette page :