Vivre à l'île Maurice : de la préparation au départ
vivre à l'île Maurice
Vis ma vie d'expat

Vivre à l’île Maurice : de la préparation au départ (chronique)

Nous vous l’avons annoncé courant mars 2024 sur insta, nous partons vivre à l’île Maurice en juillet 2024 avec nos deux enfants de 10 et 8 ans. Après 6 ans de vie en Espagne, nous décidons de nous lancer dans ce nouveau projet. Voici donc toutes les chroniques liées à ce projet, de la décision à l’arrivée ! J’espère que ces capsules vous plairont !

On part vivre à l’île Maurice ! La prise de décision

On dit toujours que le plus dur est de prendre la décision !

Au moment où je rédige mes premiers brouillons de cette chronique sur notre expatriation à Maurice, peu de personnes connaissent notre projet de partir vivre à l’île Maurice. Même pas mes parents à qui j’ai peur de l’annoncer, car ça va les attrister… Mais voilà, alors que ces épisodes ne seront publiés qu’à quelques mois du départ, je voulais partager à chaud quelques sujets et quelques moments forts de notre nouvelle expatriation.

D’ailleurs, je dis toujours expatriés pour la simplicité de la compréhension, mais il faut savoir que nous sommes en réalité des immigrés, des français établis hors de France. Pour certains, c’est seulement un jeu de mots, mais dans la réalité d’une vie à l’étranger, ce n’est pas tout à fait pareil. Nous sommes autonomes sur nos décisions de vivre à l’étranger, nous choisissons notre pays, ce n’est pas une contrainte professionnelle. De plus, les contrats d’expatriés, même s’ils sont de plus en plus rares, sont bien plus avantageux que les contrats locaux. L’entreprise ne prend en charge rien de nos charges courantes, tout est à nos frais.

Et pourquoi je vous dis ça, c’est qu’avec ce postulat, cela change beaucoup la donne dans le choix de nos pays d’expatriation. Surtout au niveau de l’éducation des enfants, ce poste de dépense peut grimper en flèche, faisant littéralement exploser le budget familial, voire, pour notre cas, on ne peut pas financièrement se le permettre.

Alors pourquoi après 6 ans de vie en Espagne, souhaitons-nous partir ? Sachant qu’on adooore l’Espagne ?

partir vivre en Espagne blog voyage en famille partir vivre en espagne avec des enfants
2017, on arrive à Madrid !

En réalité, c’est parti d’un soir après un ras-le-bol de mon cher et tendre en rentrant du boulot, vous savez, ces fameux soirs où on rentre énervé, agacé, soulé par son job !

Je lui dit « viens, on claque tout et on se prend une année sabbatique ». Tu en as besoin, tu vas péter un plomb si tu ne ralentis pas le rythme au boulot ». Je revois encore la scène, assis à la table à manger !

Dans mes souvenirs, c’est parti de ça il y a deux ans. De fil en aiguille, cette phrase, au demeurant anodine, a fait son bonhomme de chemin. Pour finalement se demander, où on irait, ce qu’on ferait et surtout ce qu’on aimerait faire !

De là, le champ des possibles s’ouvre à nous. Des projets en tête, je vous laisse imaginer que j’en avais 10 par jour. Merci toutes les familles que j’ai interviewées dans les podcasts qui m’ont ouvert les yeux sur la faisabilité des projets !

La réelle question était : fait-on un break d’un an ou changeons-nous de vie, et par la même occasion de travail. Pour Monsieur, ne serait-il pas temps de faire une reconversion pro pour un métier qui l’anime plus ?

Voilà, nous avons tourné toutes ces questions pendant quelques mois et nous voilà en train de chercher une destination qui permettra à mon tendre de faire le métier dont il a toujours rêvé. Mais comme toute reconversion, il faut un temps de formation, d’adaptation et un temps pour se sécuriser financièrement…

————————-

Un pépin est si vite arrivé… voyagez l’esprit léger avec une assurance voyage ! 👨‍👩‍👧‍👦 Heymondo assure tous vos voyages longue durée alors n’hésitez plus et partez découvrir le monde en famille !

bon plan Heymondo assurance voyage

En faisant des recherches, il y a assez peu de pays qui proposent des visas touristiques « longue durée ». On ne voulait pas de voyage itinérant, on voulait se poser dans un chouette pays, où le coût de la vie est pas (ou moins) cher ! La Thaïlande nous faisait de l’oeil, mais les visas ne correspondaient pas à ce qu’on cherchait. Et assez rapidement, nous sommes tombés sur l’île Maurice ! Cette petite île paradisiaque de l’Océan Indien veut attirer les digital nomads en offrant un visa premium qui permet de venir vivre un an sur le territoire.

Parfait, c’est ça qui nous fallait. J’ai mon entreprise en France et je peux continuer de travailler depuis là-bas sans problème. Le coût de la vie correspond à notre budget. Et c’est suffisamment dépaysant pour attiser notre soif de curiosité.

On étudie le budget, et assez rapidement, on se rend compte que ça matche ! Banco, en octobre dernier on achète nos vols secs, sans retour ! C’est décidé, nous partons vivre à l’île Maurice !

Et les enfants ? Il y a plusieurs possibilités d’éducation sur place. J’en parlerai dans un épisode dédié car c’est un vrai sujet sur lequel on se renseigne encore. Mais à ce niveau, le système français/anglais nous va parfaitement. L’occasion pour nos enfants de se remettre à niveau en français. #oups

Voilà, nous avons la date (et les billets). En juillet, nous nous envolerons donc vers une nouvelle aventure, notre expatriation à Maurice. On a hâte de partir et à la fois, on a encore très envie de profiter de notre vie ici. Car au moment où j’enregistre ce podcast, nous ne savons pas à 100% ce qu’on fera après cette année expatriation à Maurice. Si on sait ce qu’on aimerait, on étudie la faisabilité. Mais un pied devant l’autre.

Notre objectif de vie est de voyager 3 à 4 mois par an. Alors on trouvera un lieu géographique pour nous permettre de réaliser ce rêve. Mais je vous en parlerai dans une prochaine chronique !

Je vous laisse, j’ai mon appartement à vider !!

Emilie

Retrouvez d’autres témoignages de familles vivant à l’étranger :

Et bien plus encore dans notre catégorie Vis ma vie d’Expat !

Capsule #2 : Vider sa maison avant le départ

Quand on prévoit de partir 1 an, on ne s’imagine pas le poids que nos objets du quotidien deviendra louurd !! Nous sommes en plein dedans ! Vider notre appart et notre cave ! Nous partirons à Maurice avec 4 valises et nos enfants :). Le reste quoi en faire? 

La grosse question. En faisant des calculs rapides, on se rend compte que stocker des meubles dans un garde-meuble coûtent vite cher ! L’absurdité, c’est bien de faire garder des meubles ikéa, acheté la plupart d’occaz et qui ne valent rien ! Etant donné que nous ne reviendrons probablement pas en Espagne à notre retour de Maurice, mais sans certitude, on n’a pas le choix, faut s’alléger ! Ne garder que les effets personnels ! Dur dur.

Nous avons donc entrepris un tri intersidéral où je passais mon temps à répondre aux messages sur whallapop et vinted tout en faisant des allers-retours à la décheterie. Voilà à quoi ressemblaient nos weekends ces derniers mois.

Apprendre à donner ou à vendre, c’est aussi une grande question. On cherche à récupérer un peu d’argent de nos objets mais au final, passer des heures pour gagner 3€ par-ci ou 3 € par-là, la vérité ce n’est pas rentable. C’est plus rentable si je passe ce temps dans mon entreprise,  développer des projets. 

Donc ma règle était simple : en dessous de 5€ je donne !

La question de l’émotion de nos objets est aussi un vrai sujet. Vouloir garder un objet parce qu’il nous rappelle des souvenirs est complètement fou quand on y pense.

Là tout de suite je pense à mon canapé adoré ! J’ai eu mal au coeur lorsqu’il est parti car il me rappelle tellement de souvenirs ces dernières années.  

Mais ce n’est pas le objets qui nous font (re) vivre nos souvenirs. Les moments,  faut les vivre à fond à l’instant présent et pas s’accrocher aux objets qui nous remémorent ces moments. 

Il faut faire le deuil des objets et meubles qui sont finalement une charge mentale pour la suite de nos projets. 

Un conseil : au fil de votre tri, sortez les objets au plus vite de votre maison. On y voit un effet immédiat et ces objets en dehors de notre vue ne sont plus “à traiter”. 

2ème conseil : prenez-y vous à l’avance ! Tri et désencombrer prend un temps fou ! On doit passer par des étapes avant de pouvoir réellement faire un tri profond ! Nous cela nous a pris 1 an !

Jusqu’au bout du bout du déménagement, on se rend compte qu’il en reste toujours trop ! Par exemple nos 4 valises étaient pleines, et tout est rentré dedans, sauf qu’elle pesait environs 50 kg chacune, donc pour l’avion, c’est mort. 

À note arrivée en France, nous avons dû refaire un tri de nos valises pour les alléger. 

Après cette grosse étape, nous nous sentons soulagés de ne plus avoir le poids de nos objets pour la suite de nos projets. On se dit qu’on verra le moment de retrouver un appartement en Europe.

Emilie

Laisser un commentaire