Qui n’a jamais rêvé au moins une fois dans sa vie de partir vivre en Polynésie ? Ces îles paradisiaques sur fond de carte postale font rêver mais quand est-il vraiment de la “vraie vie là-bas ? Mélanie et Sylvain nous font part de leur expérience en famille à Tahiti.

1- Pouvez-vous vous présenter ?

Sylvain, j’ai 35ans et je suis originaire du Sud de la France. J’ai quitté la métropole depuis 2009. On vécu 4 ans à Mayotte. On a aussi voyagé pendant 1 an en sac à dos, notamment en Asie.

Maintenant, on vit en Polynésie depuis 5 ans, je suis venu ici à la base pour le travail, je suis ingénieur dans les risques naturels.

Mélanie, 36 ans. Avant j’était monitrice d’auto-école. J’ai tenté une reconversion en comptabilité qui n’a pas aboutie. Aujourd’hui je travaille sur le blog et je m’occupe des enfants. Notre dernier enfant va avoir 3 mois

Vivre en Polynésie les 2 pieds dehors

2- Pourquoi avoir choisi de vivre en Polynésie ?

Cela faisait longtemps que l’on y réfléchissait. La Polynésie nous a toujours tenté. J’étais en contact avec quelqu’un en poste ici qui ma proposé de le remplacer suite à son départ. Donc on est parti de Mayotte pour rejoindre la Polynésie.

4- Comment c’est la vie au quotidien ?

On se lève tôt et on se couche tôt. L’ambiance est plus cool : pas de prise de tête, le regard des autres est plutôt bienveillant. On peut s’habiller comme on veut, personne ne nous embête. On dit souvent que c’est un monde de bisounours. Ici il n’y a quasiment pas de délinquance.

C’est vrai qu’on est habitué à vivre sous les tropiques, depuis 2011 à Mayotte. On est habitué à avoir 28°C toute l’année, la plage est juste à côté. C’est quand même pas la même vie.

Cependant, il faut savoir que les journées sont courtes, vers 18 h/18 h 30 il fait déjà nuit.

Même si ce sont des îles, on retrouve aussi des embouteillages, de la pollution. Il y a pas seulement que la carte postale. Tahiti est une ville très développée ce qui implique quelques contraintes .

Il y a 120 îles ici donc certaines sont plus cartes postales que d’autres.

5- Vous étiez des grands voyageurs avant d’être parents ? Qu’est ce qui a changé avec l’arrivée de votre fils ?

On s’en sort bien, on a finalement pas trop changé notre manière de voyager. Après, les destinations autour de Tahiti sont des pays développés donc c’est relativement facile de voyager avec des enfants. En réalité, c’est plutôt lui qui s’est adapté à nous, que nous à lui. On n’a pas toujours respecté son rythme, il dormait quand il voulait, et s’il dormait pas c’était pas grave, il dormait plus tard quand il le souhaitait.

On voyage aussi plus lentement, on parle de Slow Travel mais c’est exactement ça. On y va plus tranquillement. On ne court pas. On ne va pas faire 6 h de voiture, on fait attention au niveau des randonnées. On est vigilants quant aux horaires des randos ou des balades pour éviter d’être en plein soleil.

Le voyage pour les enfants leur développe la curiosité en Nouvelle Zélande il parlait avec des enfants sans connaitre la langue !

6- Quels pays avez-vous faits avec les enfants ?

Louis a un passeport bien rempli. Hors îles de la Polynésie, il a fait île de Pâques à 4 mois, la Nouvelle Zélande à 20 mois. On a ensuite commencé le camping, puis fait les Etats unis, Canada.

Il a aussi visité aussi l’archipel de la Polynésie : île marquise, bora-bora,..

Les destinations plus les plus kids friendly, pour nous c’est la Nouvelle- Zélande. C’est ton pays des Bisounours, tout est carré, il y a des aires de jeux partout, tout est adapté pour les parents. Même les campings sont bien équipés pour les soirs où il fait froid.

La Polynésie aussi c’est très facile pour voyager avec des enfants.

7- Comment as-tu vécu tes 2 grossesses éloignées de ta famille ?

Pour Louis , j’était à cheval entre Mayotte et la Polynésie. J’en ai profité pour passer 2 mois en métropole. C’était cool. En revanche j’étais je me suis sentie seule pour l’accouchement. Ce qui m’a chagriné, c’est de ne pas pouvoir pu présenter Louis tout bébé. Nos familles sont venues quand louis avait 5/6 mois.

Donc pour Théo, on voulait faire autrement mais ayant accouché le 1er juin en pleine période de COVID, ma mère n’a pas pu venir. Par contre, j’ai pu rentrer en métropole, il fait 1,5 mois.

Vivre à Tahiti, parfois je me suis sentie seuls pour la grossesse et l’accouchement . Le congé paternité n’ est que de seulement 3 jours !

8- Accoucher en métropole n’était pas envisageable ?

C’est compliqué car il aurait fallu que Mélanie parte seule à 8 mois de grossesse pour rejoindre la métropole. C’est compliqué, et c’est un coût quand même. Les prix billets d’avion sont quand même chers.

9 – Quel est le niveau des salaires ?

Le smic est presqu’indentique qu’en métropole. Après, le salaire des expat peut être plus élévé. Le corps médical, les fonctionnaires ont des salaires indexés jusqu’à 2 fois le coût de la vie. Ici c’est environs 48 % plus cher qu’en France.

10 – Pour s’installer en Polynésie il faut prévoir un gros budget ?

Oui en Polynésie c’est cher de venir s’y installer. On recommande à nos lecteurs du blog lorsque c’est un couple, de trouver au moins un job avant d’arriver . Par contre, postuler depuis la métropole c’est compliqué, ils privilégient le recrutement local.

Pour une installation à Tahiti, il faut environs 15 000 euros. C’est ce que cela nous a coûté en toute transparence et nous sommes une famille qui vit simplement. On fonctionne beaucoup avec l’occasion surtout avec les achats de puériculture par exemple.

11 – Quel équipement vous utilisez pour vos voyages en famille ?

Nos indispensables ont évolué avec l’âge. Quand louis était bébé, c’était le porte bébé. J’aime beaucoup aussi les porter avec l’écharpe de portage, idéal pour les nourrissons. Après, on est passé à un porte bébé physiologique puis de randonnée. Mais très vite, on l’a laissé car le poids était trop conséquent.

Nous sommes fans des porte-bébés surtout que nous faisons de la photo, donc c’est super pratique.

Pour un de nos voyages aux Etat- Unis, on avait opté pour la draisienne , comme Solène de Trip&Twins .

Ici une moustiquaire et un lycra ! Indispensable

Là, pour Tahiti je voulais lui acheter une boite isotherme pour conserver les petits pots maisons. Dans l’objectif d’éviter de lui acheter les pots du commerce.

12- Quels sont vos prochains projets de voyage ?

Normalement à Noël mes beaux parents viennent nous rendre visite, si c’est possible.

On aimerait faire Hawaï et l’Alaska. Ici on est quand même coincé avec le covid. Tous les pays autour sont fermés donc on est très limité.

Notes

Retrouvez Mélanie et Sylvain sur instagram, et dans leur blog très complet qui vous donne des conseils pour vivre en Polynésie Les 2 pieds Dehors

♥♥♥ Emilie & Co ♥♥♥

Epinglez cet article sur Pinterest !

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

Vivre en Polynésie les 2 pieds dehors

2 Comments

  1. Aaaaaah la Polynésie…
    Pour la poussette, on a eu la même réflexion au sujet de la Yoyo et finalement, on a opté pour la Recaro. Ultra légère et maniable, pliable et dépliable à une main, elle ne nous a jamais déçus !!! Et même si ça reste un budget, elle est beaucoup plus abordable que la Yoyo !

    • Emilie&Co

      Merci pour ton retour Florianne. C’est vrai que ces poussettes-là sont hors de prix ! 🙂 quel dommage car c’est tellement pratique pour les parents-voyageurs 🙂

Write A Comment

%d blogueurs aiment cette page :